Affaire Kadhafi

26 décembre 2008 09:08; Act: 26.12.2008 09:16 Print

Charles Poncet défend le gouvernement libyen et critique la Suisse

L'avocat genevois Charles Poncet défend la Libye contre la Suisse dans l'affaire Kadhafi.

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-conseiller national l'a assistée cet automne au sein d'un comité indépendant créé pour tenter de trouver une issue à la crise. Il dit ne pas comprendre l'attitude de Berne dans ce dossier.

«Je suis effectivement le conseil du gouvernement libyen dans cette affaire», révèle Me Poncet dans un entretien publié mercredi par le quotidien «Le Temps». L'ancien parlementaire libéral, qui a siégé à Berne de 1991 à 1995, ne voit pas pourquoi il aurait des scrupules à défendre la Libye contre son propre pays.

«J'exerce mon métier d'avocat en toute indépendance. Je défends aujourd'hui la Libye avec autant de conviction que j'ai plaidé une autre fois contre des révisionnistes», affirme-t-il.

«Difficilement compréhensible»

Dans une autre interview, publiée jeudi par le «Matin», l'avocat critique le gouvernement helvétique pour sa gestion de la crise. Il estime que les deux ressortissants suisses retenus à Tripoli en représailles à l'arrestation d'Hannibal Kadhafi «ne doivent qu'à l'attitude difficilement compréhensible des autorités suisses de ne pas avoir retrouvé leur liberté de mouvement».

Selon lui, la Suisse devrait «soumettre ce différend à un arbitrage international, comme le gouvernement libyen l'a demandé il y a plusieurs mois déjà».

Le fils du numéro un libyen Mouammar Kadhafi et son épouse ont été arrêtés le 15 juillet à Genève suite à une plainte de leurs domestiques pour maltraitance. La plainte a été retirée en septembre contre un dédommagement financier, mais cela n'a pas permis de détendre la situation au plan diplomatique.

Responsables sanctionnés

Depuis le début de la crise, les autorités de Tripoli exigent des excuses de la Suisse pour les méthodes, trop musclées selon elles, de la police genevoise.

Désormais, elles réclament aussi que la Suisse prenne des mesures pour juger les responsables de cette arrestation et indemniser Hannibal Kadhafi et sa famille.

«Ce que nous voulons en premier lieu c'est que justice soit faite et que les responsables soient sanctionnés», a déclaré jeudi soir à Tripoli le vice-ministre libyen aux Affaires étrangères chargé des affaires européennes, Abdelati al-Obeidi, cité par l'AFP.

Enquête

Le haut diplomate a estimé que les demandes de son pays n'étaient pas «une réaction d'humeur mais fondées sur les résultats d'enquête et des faits réels». Il a précisé qu'un comité juridique mixte avait été formé par les deux pays afin d'enquêter sur les circonstances de l'arrestation.

Interrogée par l'ATS, une porte-parole du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) n'a pas souhaité s'exprimer sur l'existence du comité. Elle a rappelé que les discussions avec Tripoli étaient «difficiles», mais qu'elles se poursuivaient.

Recommandations

Dans le «Temps», Me Poncet affirme que ce comité ad hoc indépendant a siégé sept fois à l'ONU à Genève en août et septembre.

Le quotidien croit savoir que ce comité est composé de deux juristes, dont le Suisse Lucius Caflisch, ancien juge à la Cour européenne des droits de l'homme et élu en 2006 à la Commission du droit international des Nations unies. Toujours selon «Le Temps», les juristes doivent émettre des recommandations que les deux pays s'engagent à suivre.

Mesures de rétorsion

Tripoli a engagé une politique de représailles envers la Suisse. Les entreprises helvétiques en Libye ne peuvent pas exercer leurs activités librement. Et deux ressortissants suisses ne sont toujours pas autorisés à quitter le pays, même s'ils sont libres de leurs mouvements sur place.

Dernière mesure de rétorsion en date: Tripoli interdit désormais à Swiss de relier la capitale libyenne.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Machado Elisa le 28.12.2008 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    infirmière

    J'espère que même tendu les relations entre la suisse et la Libia cela servira de exemple contre la maltraitance psicologique faite aussi envers la femme dans le couple qui reste encore un sujet caché. merci

  • coburn james le 24.12.2008 10:36 Report dénoncer ce commentaire

    ah le fric

    pour le fric on prêt pour tout même éliminer ses proche, n'est-ce pas ? Magister!

  • AC le 24.12.2008 13:06 Report dénoncer ce commentaire

    Parvenu

    connaissant Poncet plus rien ne m'étonne, mais c'est vraiment le meilleur pour retourner sa veste honte à lui

Les derniers commentaires

  • Machado Elisa le 28.12.2008 10:30 Report dénoncer ce commentaire

    infirmière

    J'espère que même tendu les relations entre la suisse et la Libia cela servira de exemple contre la maltraitance psicologique faite aussi envers la femme dans le couple qui reste encore un sujet caché. merci

  • Plume le 27.12.2008 18:56 Report dénoncer ce commentaire

    Commerce...

    La Suisse doit éviter tout échange commercial avec la Lybie et boycoter son pétrole. Commençons donc à éviter toutes les stations Tamoil qui contribuent à enrichir ce sale dictateur !

  • Monney Ed. le 27.12.2008 13:10 Report dénoncer ce commentaire

    Kadhafi

    que dire sur Poncet ? il a peu reçu et surtout il n'a rien à donner (svp surtout pas de leçon) M. Couchepin, vous êtes déçu (par Kadhafi et sa clique) .. SVP... ne nous décevez pas, occupez-vous rapidement les suisses vivant sur territoire libyen ... sinon Kadhafi saura s'en occuper ! !

  • titeuf le 26.12.2008 19:41 Report dénoncer ce commentaire

    le bouffon du roi

    oui M.Poncet vous ête le bouffon du roi du roi des menteur et des assassins (lokerbie) honte à vous

  • cid le 26.12.2008 16:47 Report dénoncer ce commentaire

    avocat du diable

    mr poncet veut se la jouer à la verges en défendant un terroriste..son fils c est un petit voyou mais n oublions pas que le père kadhafi est pire il a cautionner les attentats de lockerbie..et d UTA..