Serbie

28 mai 2011 21:10; Act: 28.05.2011 21:16 Print

Ratko Mladic appelle au calme

Ratko Mladic, inculpé de génocide par la justice internationale, a appelé samedi ses sympathisants «au calme» en disant qu'il ne voulait «pas de bain de sang» ni «d'émeutes».

Voir le diaporama en grand »
28.01 L'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, a refusé de témoigner mardi dans le procès de son alter ego politique, Radovan Karadzic, devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Goran Hadzic, le dernier fugitif réclamé par le Tribunal pénal international (TPIY) pour l'ex-Yougoslavie, arrêté mercredi en Serbie, a passé la plupart du temps de sa cavale en Russie. 20.07 Goran Hadzic, criminel de guerre en cavale recherché par le TPIY a été arrêté mercredi selon la télévision serbe. L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie Ratko Mladic, a comparu vendredi devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye. Le 31 mai 2011, ce convoi conduit Ratko Mladic à l'aéroport pour qu'il puisse être extradé à La Haye, devant le Tribunal pénal international. Ratko Mladic, inculpé de génocide par la justice internationale, a appelé samedi ses sympathisants «au calme» en disant qu'il ne voulait «pas de bain de sang» ni «d'émeutes» Voici la maison dans laquelle se cachait Ratko Mladic. L'épouse de Ratko Mladic, Bosiljka, et son fils Darko se sont rendus vendredi dans le bâtiment où est détenu l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, arrêté la veille. L'arrestation du criminel de guerre fait la Une de tous les journaux serbes. Voilà à quoi ressemblait Mladic lors de son arrestation. Les premières images de Ratko Mladic, au centre, arrêté jeudi 26 mai 2011. L'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, a été arrêté «aujourd'hui (jeudi) tôt dans la matinée», a déclaré le président serbe, Boris Tadic. Le Tribunal pénal international (TPI) pour l'ex-Yougoslavie réclame depuis des années l'arrestation de Ratko Mladic pour son rôle pendant la guerre inter-communautaire en Bosnie (1992-1995). Il est inculpé notamment pour génocide pour son rôle dans le massacre de Srebrenica (Bosnie), où périrent 8000 hommes et adolescents musulmans bosniens, et pour le siège de Sarajevo. Goran Hadzic, 52 ans, est le dernier criminel de guerre des Balkans encore recherché par le TPI.

Sur ce sujet
Une faute?

«Il (Mladic) appelle les gens au calme. Il ne veut pas de bain de sang. Il ne veut pas être la cause d'incidents», a déclaré l'avocat de Ratko Mladic devant le Tribunal spécial serbe pour les crimes de guerre à Belgrade où son client est incarcéré.

«Il appelle à ne pas créer d'émeutes, à ce que tout soit calme», a-t-il ajouté.

«Il est conscient qu'il va aller à La Haye pour l'ex-Yougoslavie), il ne sait pas quand mais il veut du repos jusqu'à ce moment-là», a-t-il poursuivi.

A la veille d'un rassemblement ultra-nationaliste

Ces déclarations de Ratko Mladic, répercutées par son avocat, interviennent à la veille d'un rassemblement prévu dimanche soir dans le centre de Belgrade par le Parti radical (ultra-nationaliste) pour protester contre l'arrestation de l'ancien chef militaire des Serbes de Bosnie.

Ratko Mladic, 69 ans, a été arrêté jeudi matin dans un village du nord-est de la Serbie, Lazarevo, après seize ans de cavale.

La justice serbe a décidé vendredi qu'il peut être transféré à La Haye mais son avocat a indiqué qu'il ferait appel lundi par la poste.

«Il veut être examiné par des médecins qui n'ont pas de lien avec le tribunal, dont la présidente du parlement, Slavica Djukic-Dejanovic», a indiqué M. Saljic.

«Son humeur change selon le sujet dont on parle, il est toujours dans une certaine confusion mais il est satisfait du traitement en détention», selon l'avocat.

Généralement satisfait

Une source au sein de l'administration pénitentiaire a indiqué à l'AFP que «Mladic mange régulièrement, regarde la télévision et est généralement satisfait de la manière dont il est traité».

Au menu de midi: colin et purée de pommes de terre, selon la même source.

«Il paraît un peu mieux qu'hier (vendredi)», a déclaré le fils de l'inculpé, Darko Mladic, à la sortie du Tribunal où il a rencontré son père.

«Ma mère et moi-même sommes convaincus (...) qu'il n'est pas à même de saisir totalement sa situation», a-t-il ajouté.

«Je constate qu'il y a en fait une volonté politique de le transférer (vers la Haye), indépendamment de ce que peut être véritablement la situation», a-t-il poursuivi.

La présidente du parlement serbe, Slavica Djukic Dejanovic, l'un des plus éminents neuropsychiatres dans le pays, a effectué un examen psychiatrique de Ratko Mladic samedi soir à la demande de l'inculpé, mais elle ne désirait pas révéler des détails de l'examen.

(afp)