Arrestation de Ratko Mladic

30 mai 2011 11:13; Act: 30.05.2011 11:28 Print

Sa défense tente de retarder son transfert

L'avocat de l'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, inculpé de génocide, a indiqué lundi qu'il ferait appel dans l'après-midi «pour retarder» un transfèrement vers le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) à La Haye.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

«Je ferai appel au cours de l'après-midi pour retarder un peu les choses, pour ne pas avoir le transfèrement tout de suite», a déclaré à des journalistes Me Milos Saljic devant le Tribunal spécial pour les crimes de guerre serbe où son client est incarcéré.

Me Saljic avait déjà indiqué qu'il déposerait l'appel lundi, au dernier jour du délai dont il dispose pour cette procédure.

Les juges auront trois jours maximum pour décider sur l'appel même si leur décision peut être prise plus rapidement.

Equipe médicale indépendante

La défense de l'ex-général a déposé une demande pour la création d'une équipe médicale indépendante comprenant notamment un cardiologue, un neurologue et un neuropsychiatre afin d'examiner l'état de santé de Ratko Mladic qui est «alarmant», selon Me Saljic. Il s'est toutefois montré peu optimiste à ce sujet.

«Maintenant, tout est entre les mains de la cour. Mais j'ai peur que cela ne dépende même pas de la cour mais de ceux qui ont promis un miracle, qui ont voulu le transférer à La Haye aussi vite que possible et qui affirment qu'il s'agit d'une personne qui est apte à suivre le procès», a-t-il ajouté.

De son côté, Bruno Vekaric, porte-parole du procureur serbe pour les crimes de guerre, a dénoncé à l'AFP une «stratégie dilatoire» de la défense.

«Les problèmes qu'il a sont habituels pour les gens de son âge qui ne font pas attention à leur santé et il n'y a pas fait attention pendant qu'il se cachait», a-t-il déclaré.

Un juge a décidé vendredi, sur la base d'un rapport médical, que Ratko Mladic pouvait être transféré devant le TPIY à La Haye.

Ratko Mladic, 69 ans, arrêté en Serbie jeudi après seize ans de cavale, est inculpé de génocide, crimes contre l'humanité et crimes de guerre pour son rôle présumé dans le massacre de Srebrenica, le pire commis en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale, et le siège de Sarajevo. Il encourt la prison à vie.

(afp)