Afrique du Sud

26 juin 2013 14:21; Act: 27.06.2013 15:03 Print

Les aînés du clan Mandela réunis autour de Tata

Des aînés du clan royal des Thembus, auquel appartient Nelson Mandela, vont aller lui rendre visite mercredi à l'Hôpital de Pretoria où il est toujours dans un état critique, afin de voir «ce qu'il faut faire».

storybild
Sur ce sujet
Une faute?

«Ils veulent rendre visite à Tata (ndlr: père, une formule de respect) lui-même et voir ce qu'il convient de faire», a indiqué au journal un chef traditionnel, qui ajoute que la délégation devrait discuter de «questions délicates».

Les Thembus sont une branche des Xhosas, peuple originaire de l'actuelle province du Cap oriental (sud) dont est originaire l'ancien président.

Cette visite a été décidée lors d'une réunion familiale mardi à Qunu (sud), le village où Mandela a passé selon lui les plus belles années de son enfance et où il a dit aussi vouloir être enterré.

Bisbille autour de la tombe

Une bonne partie de la famille veut selon la presse voir réenterrer à Qunu les dépouilles des trois enfants de Nelson Mandela que Mandla, petit-fils de l'icône de la lutte anti-apartheid et désormais chef du clan, avait fait transférer sans concertation en 2011 à Mvezo, le village natal de Mandela situé à environ 30 km de là.


Furieux, Mandla a claqué la porte à la réunion de mardi, selon «The Sowetan».

Aucun membre de la famille n'a voulu faire de commentaire.

Enterré sur une colline?

Une pelle mécanique a été livrée mardi après-midi à Qunu, où des jardiniers s'affairaient sur une colline proche de la résidence de Nelson Mandela, sur ce qui pourrait être le site de sa tombe, selon la presse sud-africaine.

L'état de Nelson Mandela, 94 ans, s'est aggravé ce week-end et est maintenant décrit comme critique. Il avait été admis en urgence le 8 juin, après une reprise de l'infection pulmonaire qui le tourmente depuis deux ans et demi.

A l'extérieur de l'Hôpital de Pretoria, cent colombes ont été lâchées mardi, message de paix et d'hommage au héros national, et de nombreux anonymes sont venus improviser une veillée, sous l'oeil d'un contingent de plus en plus fourni de médias.

(afp)