Israël - Palestine

02 juillet 2014 07:00; Act: 17.07.2014 12:06 Print

Palestinien peut-être tué par «vengeance»

Un jeune Palestinien a été kidnappé et éliminé, à Jérusalem. Cette mort pourrait être liée aux décès de trois adolescents israéliens il y a peu.

storybild

Israël rend hommage aux trois adolescents retrouvés morts, lundi. (Photo: Keystone/AP/Sebastian Scheiner)

Sur ce sujet
Une faute?

Un adolescent palestinien a été enlevé et tué mercredi, dans une apparente attaque de représailles après le meurtre de trois jeunes Israéliens en Cisjordanie, faisant craindre un cycle d'actes de vengeance en Israël et dans les Territoires palestiniens.

L'adolescent, Mohammad Abou Khdeir, âgé de 16 ans, a été kidnappé alors qu'il faisait du stop dans le quartier de Chouafat, à Jérusalem-Est occupé et annexé, et son corps découvert plusieurs heures après «portant des marques de violences» dans la partie ouest de la ville, a indiqué la radio militaire israélienne.

Possible acte de vengeance

Il pourrait s'agir d'un acte de vengeance après le meurtre de trois jeunes Israéliens, enlevés le 12 juin alors qu'ils faisaient du stop en Cisjordanie et retrouvés morts lundi, estiment plusieurs médias, bien que la police ait déclaré explorer «toutes les pistes».

«Après des recherches, un corps a été retrouvé près de la forêt de Jérusalem», a déclaré à l'AFP Louba Samri, porte-parole de la police israélienne, se refusant à établir un lien avec le meurtre des trois jeunes Israéliens inhumés la veille lors d'une cérémonie nationale en présence de dizaines de milliers de personnes.

Les forces de sécurité israéliennes ont été déployées à Chouafat, où l'adolescent a «été vu emmené de force dans une voiture», selon la police.

«C'est une voiture noire, qui avait déjà été signalée parce son conducteur avait tenté d'enlever un enfant palestinien de 7 ans lundi soir. Il y avait eu des plaintes», a déploré le cousin de l'adolescent disparu, interrogé par la radio militaire israélienne.

«Acte horrible et barbare»

Le maire israélien de Jérusalem, Nir Barkat, a condamné «un acte horrible et barbare» et appelé «tout le monde à la retenue», selon un communiqué de la municipalité.

En début de matinée, de violents heurts ont éclaté dans le camp de réfugiés de Chouafat où 200 Palestiniens ont jeté des pierres sur les forces de sécurité qui ont répliqué en tirant des balles caoutchoutées, blessant légèrement une journaliste de la télévision palestinienne, a indiqué celle-ci à l'AFP.

«Le niveau d'alerte vient d'être (à nouveau NDLR) augmenté en raison du contexte sécuritaire», a annoncé mercredi matin la police après la tenue d'une réunion d'urgence à son QG de Jérusalem.

«On ne touche pas à un enfant»

Dès la découverte des corps des trois jeunes Israéliens lundi dans le sud de la Cisjordanie, la police israélienne avait déjà renforcé ses effectifs sur tout le territoire en vue de prévenir des attentats ou des représailles contre la minorité arabe israélienne ou les Palestiniens.

«Vos assassins ont piétiné le commandement moral qui veut que l'on ne touche pas à un enfant», a affirmé mardi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu lors des funérailles à Modiin, entre Jérusalem et Tel-Aviv, des jeunes Israéliens.

Leur meurtre a été attribué par Israël à des activistes du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui a nié être impliqué, tout en saluant l'opération.

«Incitation à la violence»

Le spécialiste militaire du journal Haaretz soulignait mardi que «cette atmosphère est propice à l'incitation à la violence, aux manifestations turbulentes et aux attaques contre les Arabes en Israël même», prédisant une recrudescence des incendies de mosquées et du vandalisme contre les biens appartenant à des Palestiniens.

(afp)