Proche-Orient

30 juillet 2014 15:08; Act: 30.07.2014 18:30 Print

Un missile tombe derrière un reporter: la vidéo

Un journaliste de CNN se rappellera longtemps de son reportage en direct de Gaza. Alors qu’il était en duplex, un bâtiment a été détruit derrière lui.

Sur ce sujet
Une faute?

Karl Penhaul, correspondant de la chaîne américaine CNN, réalisait un direct mardi dernier depuis un immeuble de la bande de Gaza, quand, tout à coup, une explosion est venue le couper. Le reporter s’est alors mis immédiatement à couvert. Son caméraman a par contre continué de tourner et l’on peut voir sur la vidéo, de la poussière et de la fumée s’échapper d’un bâtiment situé en face du bureau. Personne n’a été blessé.

Le journaliste a expliqué avoir entendu des gens crier alors que des avions F16 volaient au-dessus du bâtiment. Plus tard, il a vu des habitants sortir dans la rue. «Je ne sais ce que visait l’aviation israélienne dans ce bâtiment», a expliqué le journaliste. «Depuis que nous sommes ici nous n’avons jamais rien vu de suspect là-bas. Aucun signe de lance-roquettes.»

Mardi, Israël a mené des dizaines d’attaques dans la bande de Gaza. La maison d’un haut dirigeant du Hamas, Ismaïl Haniyeh, a été détruite dans un raid aérien avant l'aube, de même que les bureaux d'une station de télévision affiliée au Hamas et une mosquée de la ville.

Au moins une centaine de Palestiniens tués mercredi

Au moins 100 Palestiniens ont été tués mercredi dans l'offensive israélienne à Gaza, portant le bilan de 23 jours de conflit à 1330 morts et plus de 7300 blessés, selon les secours locaux.

Par ailleurs, trois soldats israéliens ont été tués mercredi à Gaza, portant à 56 le bilan des militaires morts depuis le début de l'offensive le 8 juillet, le bilan le plus lourd depuis la guerre contre le Hezbollah libanais en 2006. Trois civils, deux Israéliens et un Thaïlandais, ont été tués par les tirs de roquettes.

Parmi les 100 morts Palestiniens de mercredi, 24 ont été tués pendant une «trêve humanitaire» annoncée par Israël entre 12H00 et 16H00 GMT (15H00 à 19H00 locales). L'armée avait toutefois prévenu que cette trêve ne s'appliquerait pas aux zones où ses soldats «sont actuellement engagés dans des opérations».

(20 minutes/afp)