Crise en Syrie

26 mars 2011 21:14; Act: 26.03.2011 21:18 Print

Incendie du siège du parti Baas

Des manifestants ont incendié un siège du parti Baas au pouvoir et des francs-tireurs ont tué deux passants samedi en Syrie.

Une faute?

La Syrie est en proie depuis douze jours à une contestation sans précédent contre le régime. Ces violences interviennent en dépit des gestes d'apaisement des autorités qui ont libéré 260 détenus politiques ayant, dans leur majorité, purgé les trois quarts de leur peine, selon des organisations de défense des droits de l'homme.

Alors que la contestation lancée le 15 mars contre le régime de Bachar al-Assad a fait 126 morts selon les organisations des droits de l'homme, un appel à une «révolte populaire» samedi dans toutes les provinces a été publié sur Facebook.

Dans la ville portuaire de Lattaquié, à 350 km au nord-ouest de Damas, «des francs-tireurs ont tiré sur des passants, tuant deux personnes et en blessant deux», a annoncé un haut responsable syrien sous couvert de l'anonymat. Il avait auparavant dit que des «hommes armés» avaient tiré à partir des toits.

Siège du parti Baas incendié

A Tafas, un village au sud de Damas, des manifestants ont incendié un siège du parti Baas, au pouvoir depuis 1963, et un poste de police, a affirmé ce même responsable. Ces incendies ne sont «pas des actes de gens qui cherchent des réformes. Est-ce qu'incendier des bâtiments peut être qualifié de manifestations pacifiques?», a-t- il demandé.

Selon un militant des droits de l'homme à Tafas, plusieurs milliers d'habitants ont participé à l'enterrement de trois manifestants tués la veille par les forces de sécurité, et certains protestataires ont incendié les deux bâtiments dans ce village situé à 18 km au nord de Deraa.

Dans cette dernière ville, épicentre de la contestation à 100 km au sud de Damas, près de 300 jeunes sont montés, torse nu, sur les restes d'une statue de l'ex-président Hafez al-Assad, père de l'actuel président, déboulonnée la veille, en scandant des slogans hostiles au régime, selon des témoins.

Défilé pro-Assade à Damas

En fin d'après-midi, les forces de l'ordre ont tiré des grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants, a dit un témoin.

Dans le même temps, des centaines de personnes ont défilé à Damas pour soutenir le chef de l'Etat. Des voitures ont circulé en klaxonnant et les passagers arboraient des drapeaux syriens et des photos du président.

Vendredi, les manifestations s'étaient étendues à plusieurs villes. Selon un responsable syrien, quinze personnes ont été tuées dont dix manifestants, alors que des militants des droits de l'homme ont fait état de 24 manifestants morts. Selon un bilan officiel, 27 personnes ont péri depuis le 15 mars, dont 20 protestataires et 7 personnes tuées par des manifestants.

La journée la plus sanglante a été celle de mercredi, quand 100 personnes ont été tuées à Deraa, selon des militants syriens des droits de l'homme. Face à cette escalade, les autorités ont annoncé jeudi des libérations de détenus, des mesures anti-corruption et ont déclaré envisager d'annuler l'état d'urgence en vigueur depuis 1963.

Libérations d'islamistes

Dans le cadre de ces promesses, 260 détenus, en grande majorité des islamistes mais également des Kurdes, ont été libérés, selon des organisations de défense des droits de l'homme. Le haut responsable syrien a démenti le nombre des libérations.

Selon Rami Abdelrahmane, directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), il y a encore «plusieurs centaines de prisonniers politiques» en Syrie.

Réaffirmant l'intention des autorités de répondre vite aux «revendications légitimes» du peuple, une conseillère du chef de l'Etat, Boussaïna Chaabane, a affirmé qu'il y avait «un plan pour semer les dissensions et porter atteinte à la coexistence» en Syrie.

Après les condamnations de Washington, Paris et Londres, l'Union européenne a dénoncé à son tour la «brutale» réponse syrienne aux «exigences légitimes» des contestataires.

(ats)