Libye

16 mars 2011 20:55; Act: 16.03.2011 20:55 Print

Pas de nouvelle de 4 journalistes

Le «New York Times» est sans nouvelle depuis mardi matin de deux journalistes et de deux photographes couvrant le conflit en Libye.

storybild

(Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Les deux journalistes et les deux photographes sont entrés pour la dernière fois en contact avec leur rédaction mardi de la ville d'Ajdabiya, dans l'est de la Libye, où les combats se sont poursuivis mercredi. Anthony Shadid, lauréat du prix Pulitzer et chef du bureau de Beyrouth du journal, fait partie des disparus.

«Nous avons parlé à des responsables au sein du gouvernement libyen à Tripoli et ils nous ont déclaré qu'ils tentaient de déterminer l'endroit où se trouvent nos journalistes», a écrit Bill Keller, directeur de la rédaction du «New York Times», dans un communiqué.

Le gouvernement libyen a assuré que si ces journalistes avaient été arrêtés, ils seraient immédiatement libérés sains et saufs. Le quotidien indique avoir reçu «des informations de seconde main» selon lesquelles des membres du journal avaient été «emmenés par les forces gouvernementales libyennes» dans la ville d'Ajdabiya.

La Maison Blanche a appelé mercredi les autorités au Moyen-Orient et en particulier celles en Libye à protéger les journalistes.


Journaliste anglais libéré

Un journaliste du quotidien britannique «The Guardian», arrêté récemment en Libye, a été libéré. Il se trouve «hors du pays, sain et sauf», a indiqué mercredi sans autre détail le chef de la rédaction du quotidien dans un message posté sur Twitter.

De nationalité irakienne, ce journaliste avait été arrêté le 2 mars par les autorités libyennes pour «s'être rendu illégalement dans le pays», selon l'explication du ministère libyen des affaires étrangères.

Un journaliste brésilien d'un quotidien de Sao Paulo, arrêté en même temps, avait été libéré jeudi dernier en Libye après huit jours de détention.

(ats)