Libye

08 mai 2012 15:15; Act: 08.05.2012 21:00 Print

Le siège du gouvernement attaqué

Une fusillade aux abords du complexe abritant les services du Premier ministre libyen à Tripoli a fait un mort et plusieurs blessés mardi.

Sur ce sujet
Une faute?

Selon des témoins et les autorités, les miliciens, originaires des montagnes de l'Ouest, réclamaient de l'argent liquide de la part de l'Etat lorsque l'affaire a dégénéré.

Le Premier ministre Abdourrahim El Keib ne se trouvait pas sur place au moment des tirs, a déclaré un garde. Lors d'une conférence de presse, le porte-parole du gouvernement Nasser el Manee a précisé qu'un membre des forces de sécurité avait été tué. On dénombre aussi quatre blessés - trois membres des forces de sécurité et un manifestant.

«La liberté ne signifie pas le chaos», a souligné le porte-parole officiel. «Nous espérons que ce genre d'incident mortel ne se reproduira pas».

D'après sa version, quelques protestataires se sont présentés dans la matinée devant le complexe gouvernemental, non loin du centre-ville. Ils étaient venus déposer des doléances, comprenant notamment le paiement de primes pour ceux qui se sont battus contre le régime de Mouammar Kadhafi et une meilleure aide aux blessés de guerre.

Des responsables gouvernementaux sont alors venus négocier, dont le ministre de la Défense, avec les miliciens en colère qui ont réussi à entrer en force dans le complexe. A l'arrivée de forces du ministère de l'Intérieur, des tirs ont éclaté et tous les employés présents dans le bâtiment ont été évacués.

Selon un responsable de la sécurité, 14 manifestants ont été arrêtés. Les forces de sécurité ont bouclé la zone, où des ambulances ont été dépêchées, puis le cordon de sécurité a été levé au bout d'une trentaine de minutes.

(ats)