Heurts à Bahreïn

22 mars 2011 11:51; Act: 22.03.2011 11:57 Print

Le bilan des violences passe à 20 morts

Le nombre de civils morts depuis une semaine a augmenté, atteignant désormais le nombre de sept personnes.

Sur ce sujet
Une faute?

Une Bahreïnie ayant disparu mercredi dernier, jour de la violente répression d'une manifestation à Manama, est morte des suites de ses blessures, annonce mardi le Wefaq, principal parti de l'opposition chiite. Son décès porte à sept le nombre de civils tués depuis mercredi dernier.

Depuis le début des manifestations contre le régime, il y a plus d'un mois, 20 personnes sont mortes dont plusieurs policiers et ouvriers étrangers.

Selon le Wefaq, les circonstances exactes des blessures de la femme ne sont pas connues mais elle était semble-t-il au volant de sa voiture dans la capitale lorsqu'elle a reçu des balles dans la tête. Les autorités n'étaient pas disponibles dans l'immédiat pour commenter l'information.

Centaine de personnes toujours disparues

D'après le Wefaq, une centaine de personnes sont toujours portées disparues. Le parti chiite pense qu'elles ont soit été arrêtées, hospitalisées ou tuées, soit qu'elles se cachent des forces de sécurité. Les autorités n'ont donné aucun bilan officiel.

Le ministère de l'Intérieur a annoncé lundi que le service avait repris à l'hôpital Salmanya, principal centre médical de la capitale, après une opération de police la semaine dernière.

Bahreïn a fait appel lundi dernier aux forces du Conseil de coopération du Golfe (CCG) et la violente répression qui a suivi a surpris la majorité chiite du pays.

(ats)