Kadhafi à ses partisans

25 février 2011 17:58; Act: 25.02.2011 20:20 Print

«Nous allons nous battre et nous vaincrons»

Mouammar Kadhafi est apparu vendredi sur la place Verte à Tripoli et a demandé à ses partisans de se préparer à «défendre la Libye».

Voir le diaporama en grand »
20.10.2011 Le CNT et les médias annoncent la capture de Mouammar Kadhafi. Il décède dans la journée. 20.10 Le CNT et les médias annoncent la capture de Mouammar Kadhafi. 20.10 L'un des derniers bastions kadhafiste est tombé jeudi. Les forces du Conseil national de transition (CNT) ont pris jeudi les dernières positions des fidèles de Kadhafi à Syrte, la ville natale de l'ancien homme fort de Tripoli. 18.10 Les combats sont intenses à Syrte, dernier bastion kadhafiste. 17.10 Les combattants du CNT sont entrés dans Bani Walid, un des derniers bastions de Kadhafi. La mort de Khamis, un des fils du dictateur, a été confirmée. 12.10 Moutassim, l'un des fils du colonel Kadhafi, a été arrêté à Syrte mardi soir alors qu'il tentait de quitter la ville avec sa famille à bord d'une voiture. Il a été transféré à Benghazi. 12.10 Des libyens, blessés lors de la guerre qui fait rage dans le pays depuis le printemps, vont être soignés aux Hôpitaux Universitaires de Genève. 10.10 Après leur percée dimanche, les forces du CNT se prêtes à prendre Syrte dès lundi. 09.10 Les forces du nouveau régime ont pris le contrôle de l'Université de Syrte. 07.10 Les pro-CNT eet les forces loyales à Kadhafi s'affrontent violemment dans et autour de l'Université de Syrte. 06.10 Les forces du CNT résistent face à la poussée des forces pro-Kadhafi à Syrte. 05.10 Deux charniers contenant 900 corps ont été découverts à Tripoli, en Libye. 01.10 Les forces du CNT encerclent totalement Syrte et ont commencé à entrer dans la ville. 29.09 Mahmoud Jibril, n°2 du CNT, a annoncé jeudi qu'il ne ferait pas partie du futur gouvernement libyen. Moussa Ibrahim, porte-parole du régime de Kadhafi, a été arrêté jeudi à Syrte. 29.09 L'organisation policière internationale Interpol a annoncé jeudi avoir émis une «notice rouge» pour demander à ses 188 pays membres d'arrêter Saadi Kadhafi, l'un des fils de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, «à la demande des autorités libyennes». 26.09. Les forces pro-CNT resserrent l'étau autour de Syrte et Bani Walid 21.09 Les forces fidèles à Kadhafi ont mené une contre-offensive meurtrière dans le sud du pays. 20.09 Barack Obama a rencontré mardi le CNT. Il s'est félicité du nouveau virage pris par la Libye. Pendant ce temps, les combats continuent à Syrte et Bani-Walid. 17.09 Les forces fidèles à Kadhafi ont lancé une contre-attaque violente à Bani-Walid. 16.09 Les forces armées du Conseil national de transition (CNT) à Misrata ont indiqué vendredi avoir essuyé de lourdes pertes dans la bataille pour le contrôle du bastion pro-Kadhafi de Syrte. 14.09 Saadi Kadhafi, un fils de l'ex-dirigeant libyen Mouammar Kadhafi entré dans le nord du Niger dimanche, est arrivé mardi soir dans la capitale Niamey. 13.09 Le chef du gouvernement intérimaire libyen, Moustafa Abdeljalil, a prononcé son premier discours public, à Tripoli. 13.09 Une foule de 10'000 personnes était réunie à Tripoli. 09.09 Interpol a délivré vendredi une «notice rouge», un avis de recherche international, à l'encontre de Mouammar Kadhafi et de ses proches dont son fils Seif Al-Islam. 08.09 Les rebelles ont pris le contrôle de la Vallée Rouge et se rapprochent toujours plus de Syrte, dernier bastion de Kadhafi. 03.09 Environ 200 véhicules de combat pro-CNT ont été aperçus avançant vers Bani Walid, un des derniers bastions pro-Kadhafi et lieu supposé de sa cache. 31.08 Matthew Vandyke, jeune américain qui s'est évadé lors de l'assaut de Tripoli par les rebelles, raconte ses six mois passés dans les geôles de Mouammar Kadhafi. 24.08 Les combats font toujours rage, tandis que la tête de Kadhafi est mise à prix par les rebelles. 24.08 Des journalistes sont bloqués dans l'hôtel Rixos. Ils sont sous la garde de membres du régime de Kadhafi. 23.08 Les rebelles ont pris le contrôle du QG du régime. 23.08 Seif al-Islam, un des fils du colonel Kadhafi, a démenti son arrestation. Il s'est présenté dans la nuit de lundi à mardi devant des journalistes à Tripoli. «Je suis là pour démentir les mensonges», a-t-il dit devant des partisans du régime. 22.08 22.08 Les rebelles libyens ont atteint tôt lundi la place Verte située dans le centre de Tripoli. Des clameurs de joie ont retenti sur cette place du centre de la capitale qui était jusque là réservée aux rassemblement des partisans du colonel Kadhafi... .. Tout comme à Benghazi, bastion des rebelles. 21.08 Saïf al Islam, le plus jeune fils du colonel libyen, a aurait été capturé par les rebelles. 21.08 Des rebelles se rapprochant de Tripoli. 10.08 Un fils de Kadhafi annoncé comme mort par les rebelles est apparu mercredi à la télé libyenne. Le 13 juillet, des organisations humanitaires dénoncent les exactions des rebelles libyens sur les civils. 16.06 Le fils du dirigeant libyen, Seif al-Islam a proposé d'organiser des élections sous l'œil d'observateurs internationaux dans les mois qui viennent. Le régime de Kadhafi en Libye a connu une nouvelle défection. Sassi Garada, allié de longue date du colonel, aurait quitté le pays pour rejoindre le territoire helvétique. 14.06 Des élus américains ont déposé un projet de loi visant à transformer l'argent de Mouammar Kadhafi en aide humanitaire. 13.06 La télévision libyenne a montré dimanche soir des images du colonel Kadhafi jouant aux échecs avec le président russe controversé de la Fédération internationale des échecs. 12.06 Le régime a rejeté toute discussion au sujet d'un départ du colonel Kadhafi, coupant court à l'offre de la Turquie qui s'était portée garante de son éventuel exil. 07.06 Une épaisse colonne de fumée au dessus du secteur de la résidence de Mouammar Kadhafi, à Tripoli. 06.06 L'OTAN a mené une nouvelle série de frappes sur Tripoli. Mouammar Kadhafi a rencontré le président sud-africain Jacob Zuma, le 30 mai. C'est la première fois que le président libyen est vu en public depuis des jours et des jours. 12.05 La télévision d'Etat libyenne a diffusée jeudi des images de Kadhafi dans une réunion. 07.05 Les chefs de tribus libyens se sont réunis à Tripoli. Ils demandent une amnistie générale pour mettre un terme à la guerre. 01.05 De nouveaux combats ont éclaté près de la ville de Wazin, à la frontière avec la Tunisie. 01.05 Le plus jeune fils de Mouammar Kadhafi aurait été tué par un bombardement dans la nuit, à Tripoli. 29.04 Le régime libyen a menacé d'attaquer tout bateau entrant à Misrata, car les aides doivent être acheminées «par voie terrestre et sous la supervision de l'armée». 26.04 Misrata a subi mardi un nouvel assaut des forces pro-Kadhafi, qui ont attaqué son port. 24.04 Le bureau de Mouammar Kadhafi a été détruite à Tripoli, sous les tirs de l'Otan. 23.04 Les rebelles ont annoncé avoir libéré Misrata, ville de l'ouest libyen assiégée par les troupes de Kadhafi depuis deux mois. Les troupes gouvernementales ont démenti un retrait militaire. 22.04 Le sénateur américain John McCain, en visite vendredi dans le bastion rebelle libyen de Benghazi, a appelé le monde à reconnaître le Conseil national de transition. 21.04 Le secrétaire américain à la défense Robert Gates a annoncé que les Etats-Unis allaient utiliser des Preadtors, drones armés de missiles, au-dessus de la Libye. 21.04 Les rebelles ont gagné du terrain dans l'ouest de la Libye en s'emparant d'un des postes frontaliers avec la Tunisie, jusqu'ici aux mains des forces fidèles à Mouammar Kadhafi. 19.04 Le ministre italien des Affaires étrangères Franco Frattini évoque quelque 10'000 morts depuis le début du conflit en Libye. 15.04 Le ministre français de la Défense, Gérard Longuet, a estimé que la tribune publiée vendredi par Barack Obama, Nicolas Sarkozy et David Cameron dépassait «certainement» le cadre de la résolution 1973 de l'ONU sur la Libye. 14.04 Kadhafi aurait paradé dans les rues de Tripoli, selon la télévision nationale, alors que la capitale libyenne était sous le feu des forces internationales. 14.04 Au moins treize personnes ont été tuées et une vingtaine d'autres blessées par des bombardements des forces pro-Kadhafi qui continuaient d'assiéger la ville de Misrata. 14.04 L'OTAN a affiché son objectif commun: la chute de Kadhafi. Mais les divergences persistaient sur les moyens engagés. 13.04 Le ministre des Affaires étrangères veut que des armes soient fournies aux rebelles libyens qui luttent contre les troupes de Kadhafi. 13.04 Le régime de Kadhafi dit «faire de son mieux» pour aider la population de Misrata, ville qui pourtant subit un siège et un pilonnage par les forces loyalistes. Ici des soldats de l'armée de Kadhafi. 11.04 Le régime de Mouammar Kadhafi a accepté la «feuille de route» proposée par l'Union africaine, selon le président sud-africain Jacob Zuma. Le leader libyen a reçu dimanche 10 avril des émissaires de l'Union Africaine. 09.04 Première apparition publique depuis plusieurs semaines pour le dirigeant libyen qui a visité une école, selon la Tv d'Etat libyenne. 08.04 L'OTAN a exprimé vendredi ses regrets pour les bombardements meurtriers de la veille contre des chars rebelles près d'Ajdabiya... ...tandis que les rebelles se replient devant l'avancée des troupes de Kadhafi. 07.04 Des rebelles ont été tués par un raid aérien de l'OTAN à l'est du port pétrolier de Brega. 06.04 Mouammar Kadhafi a adressé une lettre à Barack Obama pour demander la fin des raids aériens en Libye. Accusée de les «laisser mourir», l'OTAN affirme qu'elle va «tout faire pour protéger les civils» de Misrata. 05.04 Le gouvernement libyen se dit prêt à négocier des réformes mais en aucun cas un départ de Kadhafi. L'OTAN a mené mardi matin un raid aérien contre des forces pro-Kadhafi à l'est du port pétrolier de Brega. 03.04 Les combats ont repris dimanche matin autour du site pétrolier de Brega. 02.04 Neuf rebelles et quatre civils ont été tués par erreur vendredi soir par une frappe aérienne de l'OTAN près du site pétrolier de Brega dans l'est de la Libye. 02.04 La guerre continue en Libye malgré l'appui aérien de la coalition aux rebelles. 01.04 Les insurgés en appellent depuis Benghazi, leur fief, à un cessez-le-feu. Mais Tripoli a rejeté l'offre. 01.04 Pour le chef de la diplomatie allemande, Guido Westerwelle, «la situation en Libye ne peut pas être résolue par des moyens militaires». 31.03 L'Otan a pris le commandement de toutes les opérations menées en Libye. Le général canadien Charles Bouchard dirige l'opération. 31.03 Les insurgés se sont battus pour le contrôle de Brega, cité pétrolière du golfe de Syrte. 30.03 Le ministre libyen des affaires étrangères Moussa Koussa a quitté la ville de Djerba «pour Londres par un vol de la compagnie Swiss à 13H00» 29.03 Une conférence internationale s'est tenue à Londres pour débattre de l'avenir de la Libye. 29.03 Selon la télévision Al-Jazeera, le ministre libyen des Affaires étrangères Moussa Koussa aurait fui le pays. C'est la première fois qu'un raid aérien touche des habitations à Ras Lanouf, site stratégique... ... à environ 300 km au sud-ouest du siège de l'opposition à Benghazi et contrôlé depuis vendredi par les insurgés luttant depuis trois semaines contre le régime. 28.03 Les insurgés libyens ont progressé en direction de Syrte, la ville natale de Mouammar Kadhafi. 26.03 Les rebelles affirment avoir repris la ville de Brega. 26.03 Une femme battue et violée par les hommes de Kadhafi a fait irruption à l'Hôtel Rixos à Tripoli en appelant les journalistes à l'aide. 23.03 Un des pilotes du F-15 américain qui s'est écrasé mardi en Libye a été récupéré par un «Osprey», un avion à hélices pouvant se transformer en hélicoptère. Dans la soirée du 22 mars, Mouammar kadhafi a fait une apparition à la tv libyenne, la première depuis le début des frappes de la coalition internationale. 22.03 Un avion de chasse américain F-15 s'est écrasé en Libye, les deux membres d'équipage se sont éjectés. Ils ont été récupérés. 21.03 Des tirs et de fortes explosions ont été entendus lundi soir à Tripoli. 20.03 Les premiers dégâts visibles de l'intervention de la coalition Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé samedi 19 mars une première vague d'environ 110 missiles... ... de croisière Tomahawk sur la Libye. Les missiles ont été tiré depuis des bâtiments maritimes, navires ou sous-marins. 19.03 Les premiers survols de la Libye par l'aviation française ont débuté. 19.03 Nombre d'habitants ont fui Benghazi. Le 19 mars, un avion de combat, vraisemblablement un MiG-23, qui survolait depuis quelques minutes Benghazi... Le pilote a réussi à s'éjecter avant que l'appareil ne tombe en vrille et ne s'écrase sur une zone d'habitation du sud de Benghazi, provoquant une explosion suivie d'une fumée noire. ...est tout à coup apparu dans le ciel, l'arrière droit de l'appareil en feu. Samedi 19 mars, la ville de Benghazi est assaillie par les forces du colonel Kadhafi. Vendredi 18 mars: le Conseil de sécurité de l'ONU autorise le recours à la force contre le régime de Kadhafi. 18.03 Paris, Londres, Washington et des pays arabes lancent un ultimatum à Kadhafi appelant à la fin «immédiate» de «toutes les attaques» contre la population libyenne, sous peine d'une intervention, conformément à une résolution de l'Onu. Jeudi 17 mars: les troupes de Mouammar Kadhafi continuent à pilonner les insurgés. Mardi 15 mars: Mouammar Kadhafi a affirmé dans la presse italienne que les rebelles étaient en passe d'être vaincus et que le peuple libyen était à ses côtés. Les rebelles résistaient vendredi 11 mars dans le port pétrolier stratégique de Ras Lanouf. Un avion de l'armée libyenne a mené jeudi 10 mars un nouveau raid aérien.... Les combats qui font rage à Zaouïa ont obligé à la fermeture de la plus grande raffinerie du pays, mercredi 9 mars. Un violent pilonnage était entendu mercredi 9 mars à l'ouest de la ville de Ras Lanouf, dans l'est de la Libye, selon des journalistes sur place. Le dirigeant libyen est une nouvelle fois intervenu à la télévision mercredi 2 mars. Des réfugiés fuyant la Libye affluaient toujours en masse mercredi 2 mars en Tunisie au poste-frontière de Ras Jedir, «au rythme de 10.000 par jour», selon le colonel Moez Dachraoui, chef du poste de commandement des pompiers, qui craint «une catastrophe humanitaire». «Les chaînes de télévision étrangères cherchent à provoquer» ««Les troubles ont commencé avec l'infiltration de cellules dormantes d'Al-Qaïda en Libye, qui se sont emparées des armes et ont attaqué les forces régulières.» «Nous combattrons jusqu'au dernier homme et la dernière femme» Pendant le discours, Al-Jazira montrait un opposant à Benghazi qui brandissait une pancarte: «Breaking News: Kadhafi ment». A l'hôpital, la foule en colère s'est réunie autour des cadavres en hurlant que «le sang des martyrs ne sera pas versé pour rien». La bataille a fait au moins dix morts et 18 blessés dans les rangs des insurgés, selon des médecins de Brega. L'opposition a riposté. Venus d'Ajdabiya, des hommes armés de fusils d'assaut ont repris le terminal et la piste Les forces pro-Kadhafi ont lancé mercredi 2 mars leur première grande contre-attaque dans l'Est, quasi entièrement tombé aux mains de l'insurrection. Un avion des forces gouvernementales a survolé la scène et tiré dans les dunes, selon un témoin. Le gouvernement libyen et la Ligue arabe sont intéressés par la médiation internationale proposée par le président vénézuélien Hugo Chavez pour trouver une solution pacifique à la crise en Libye. Les Africains de Libye assimilés aux «mercenaires» de Kadhafi abandonnent tout pour sauver leur peau. Ils sont terrorisés. Certains se sont barricadés chez eux, d'autres se sont cachés dans le désert. Insultés, menacés, frappés, chassés, volés. Et aussi Saïf al-Islam Kadhafi, le fils ainé pressenti comme le successeur. Interpol a émis une alerte pour les polices mondiales visant le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Des enfants du colonel sont également cité sur cette liste: ici sa fille Aicha, Hannibal le plus connu des Suisses, Moatassem, colonel de l'armée. Et Saadi Kadhafi le footballeur condamné pour dopage à Pérouse (it) en 2006 et à la tête d'une unité d'élite en Libye. Le 5 mars, les insurgés continuaient leur progression vers l'ouest. ... avançaient le long de la côte. ... - un mélange de jeunes Libyens sans expérience du combat et de militaires ralliés à l'opposition -... Vendredi 4 mars, au 18e jour de révolte contre le dirigeant libyen, les insurgés... Près de Benghazi, au moins 27 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées lors de deux explosions qui ont détruit un dépôt d'armes. Les combats entre insurgés et forces pro-Kadhafi continuaient le dimanche 6 mars. Un appareil libyen a bombardé une base militaire en mains des rebelles à Ras Lanouf. Des combattants ont fait usage de l'artillerie anti-aérienne, lundi 7 mars, après une explosion à Ras Lanouf. Un raid aérien a été constaté. Les rebelles libyens ont annoncé lundi qu'ils tentaient de se regrouper et d'obtenir des armes lourdes pour lutter contre les attaques des forces loyales au colonel Moammar Kadhafi. Au moins sept personnes sont mortes et plus de 50 ont été blessées dans les combats entre pro et anti-Kadhafi dans la localité côtière de Ben Jawad, dans l'Est libyen. ... base la plus avancée de l'opposition dans l'Est libyen. Un avion a bombardé mardi un immeuble d'habitation de deux étages près du port pétrolier de Ras Lanouf... Le dirigeant libyen y a accusé l'Occident de «comploter» contre son pays pour en contrôler les champs de pétrole. Kadhafi a prononcé un énième discours dans la nuit de mardi à mercredi 9 mars. ... qui secoue son régime depuis le 15 février, et appelé «les habitants de Benghazi», quartier général des rebelles, à «libérer» la ville. Il a également de nouveau accusé Al-Qaïda d'être derrière l'insurrection... Des obus sont tirés sur la route entre Ras Lanouf et Ben Jaouad. ... visant des positions rebelles à l'est de Ras Lanouf, ville pétrolière stratégique tenue par les insurgés. La France est le premier pays a reconnaître le conseil national de transition comme représentant légitime. Elle enverra un ambassadeur à Benghazi. La Libye a rétorqué à la décision française de reconnaître les opposants en annonçant qu'un grave secret pourrait faire chuter SArkozy. A propos de trois journalistes de la BBC, la Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Navi Pillay parle de torture. Plus de 250'000 personnes ont fui la Libye pour les pays voisins depuis le début, mi-février, du mouvement de révolte contre le régime du colonel Kadhafi. France et Grande-Bretagne envisagent des frappes ciblées en Libye. Les forces gouvernementales progressaient lundi 14 mars vers Benghazi, siège de l'opposition libyenne. Le G8 réuni à Paris n'a pas pu se mettre d'accord sur une intervention militaire en Libye. Dans un interview télévisé Saif Al-Islam demande au président français, qualifié de «clown» de «rendre l'argent qu'il a accepté de la Libye pour financer sa campagne électorale». Les hommes du colonel se trouvaient à 160 km de Benghazi, fief de la rébellion, et continuaient d'avancer. Les forces fidèles à Kadhafi pilonnaient vendredi la ville de Misrata. Le 18 mars Kadhafi a annoncé, à la surprise générale, un cessez-le-feu. La première frappe aérienne française en Libye, dans le cadre de la résolution de l'ONU autorisant le recours à la force pour protéger la population, a visé samedi 19 mars à 17h15 un véhicule libyen «clairement identifié comme appartenant aux forces pro-Kadhafi», a indiqué l'état-major français. La fille du colonel Kadhafi, Aïcha, a harangué la foule à bord d'un 4X4. Sortant du toit ouvrant du véhicule, elle a lancé dans un haut-parleur des slogans à la gloire de son père. «Dieu, la Libye, Kadhafi et c'est tout», «Le peuple veut Mouammar le guide», a-t-elle crié, reprise par la foule, parmi laquelle se trouvaient des femmes et des enfants. Une foule de Libyens était rassemblée samedi au QG du dirigeant Mouammar Kadhafi à Tripoli «en prévision de frappes françaises» selon la télévision d'Etat. Un avion militaire français a mené le premier tir sur un véhicule armé dans le pays. Les opérations ont continué dans la journée de dimanche. Le colonel Mouammar Kadhafi pourrait être le fils d'un officier corse des Forces aériennes françaises libres (FAFL) accidenté en Libye. La coalition internationale a détruit un bâtiment administratif dans le complexe résidentiel de Mouammar Kadhafi, qui abritait un centre de «commandement et de contrôle» des forces libyennes. Une cinquantaine de partisans du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi ont encerclé lundi le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, sur la place Tahrir au Caire, l'obligeant à fuir pour s'abriter au siège de la Ligue arabe tout proche. L'état-major américain a décidé de détruire les restes de l'épave du F-15 qui s'est écrasé dans la nuit de mardi à mercredi 23 mars en Libye «pour éviter que des équipements ne tombent entre de mauvaises mains». L'aviation libyenne «n'existe plus comme force de combat» après l'intervention de la coalition internationale en Libye, a affirmé mercredi un haut responsable de la Royal Air Force, Greg Bagwell. Le fils du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, Seif Al-Islam, a lancé jeudi 23 mars «nous arrivons!» à l'adresse des rebelles et de l'est du pays et affirmé que la victoire était «en vue», au cours d'un meeting avec des jeunes partisans du régime. Des pilotes canadiens sur la base sicilienne le 24 mars. Un rebel fait une pause sur la route reliant Benghazi à Ajdabiyah le 24 mars. Des rebels sur la route reliant Benghazi à Ajdabiyah le 24 mars. Dans la ville d'Ajdabiya, des véhicules blindés libyens «menaçaient» des civils. Des Tornado britanniques ont donc lâché des missiles, le 25 mars. Al-Qaida au Maghreb islamique a récupéré des armes lourdes à la faveur de l'insurrection populaire qui secoue la Libye. L'aviation française a bombardé un centre de commandement dans les faubourgs de Tripoli dans la nuit de dimanche à lundi. Environ 6.200 personnes s'y trouvaient mardi 29 mars en milieu de journée. Des milliers d'immigrés fuyant les conflits en Libye et en Tunisie abordent à Lampedusa. 81.000 réfugiés sont arrivés à Ras Jedir depuis le 20 février dont 31.000 Egyptiens. Mercredi 2 mars, des milliers de réfugiés s'entassaient du côté tunisien près du poste-frontière de part et d'autre de la route, s'abritant du soleil sous des couvertures, tandis que des centaines d'autres attendaient de pouvoir franchir la frontière Un camion-citerne a explosé mercredi 2 mars dans le centre de Tripoli, près de la résidence du colonel Mouammar Kadhafi, sans toutefois faire de victimes. Les autorités ont expliqué qu'il s'agissait d'un accident, puis les partisans du régime ont rapidement distribué des affiches de Kadhafi. Des centaines de partisans du colonel Kadhafi se sont rassemblés près du camion-citerne pour crier leur allégeance au «guide de la révolution» libyenne. Plus d'une centaine de jeunes se sont portés volontaires pour marcher sur la capitale libyenne et tenté de la libérer. Les forces loyales à Kadhafi ont repris mercredi 2 mars le contrôle d'installations pétrolières à Brega, dans l'est du pays. Le 2 mars la ville d'Ajdabiya a été la cible de bombardements des forces libyenne. La cité était au mains des rebelles depuis plusieurs jours. Le 28 février, Kadhafi estime que son peuple est derrière lui. Les images démentent ses propos. Seif Al-Islam, fils de Kadhafi. Une salle de torture dans la prison des forces libyennes, à Benghazi. Les morts se comptent par centaines. Seif Al-Islam, fils de Kadhafi, vu avec une arme dans une vidéo. Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a assuré que son pays était «complètement calme» dimanche 27 février dans une nouvelle intervention TV. La «voluptueuse» infirmière ukrainienne qui accompagnait partout le dirigeant libyen est rentrée dimanche 27 février chez elle. Galina Kolotnitska est arrivée à Kiev tôt dimanche matin à bord d'un avion qui a évacué 120 personnes à la suite des violences en Libye. Des réfugiés attendent à Ras Jdir, en Tunisie, après avoir fui la Libye, dimanche 27 février. Dimanche 27 février, des opposants à Kadhafi fêtent la libération de la ville de Benghazi. Seif Al-Islam, fils de Kadhafi, a estimé samedi 26 février que la situation était «excellente» dans les trois-quarts du pays. Il a tout de même reconnu qu'il y avait une «volonté intérieure de changement», dans une interview à la chaîne Al-Arabiya. Seif Al-Islam est l'un des fils de Kadhafi qui s'exprime le plus depuis le début de la crise libyenne. Le nombre de morts en Libye se compte par milliers, a affirmé vendredi l'ambassadeur adjoint de la mission libyenne à l'ONU. Vendredi 25 février, le leader libyen est apparu devant ces partisans regroupés sur la place verte à Tripoli «Tous les dépôts d'armes seront ouverts pour armer tout le peuple» «Nous continuerons à nous battre, nous mourrons ici». 25.02 Le président du Venezuela Hugo Chavez a apporté son soutien au colonel Mouammar Kadhafi, confronté à «une guerre civile». Le 25 février, l'ambassade de Libye à Genève auprès de l'ONU a décidé de se rallier au peuple libyen. un diplomate libyen a pris la parole vendredi après-midi pour saluer les victimes de la révolution en Libye. Il a annoncé que la mission de Libye auprès de l'ONU à Genève se rallie aux insurgés. Le 25 février, de nombreux pays ont accéléré l'évacuation par air, mer et terre de leurs ressortissants. La révolte et la répression continue. La Suisse a demandé que les violations des droits humains cessent immédiatement. Cette carte montre l'évolution de la révolution au 24 février. Mouamar Kadhafi s'est une nouvelle fois exprimée jeudi 24 février par téléphone à la télévision libyenne.�Mouamar Kadhafi s'est une nouvelle fois exprimée jeudi 24 février par téléphone à la télévision libyenne. Le 24 février, un ancien ministre du colonel Kadhafi annonce que le leader libyen va se suicider «comme Hitler l'a fait».�Le 24 février, un ancien ministre du colonel Kadhafi annonce que le leader libyen va se suicider «comme Hitler l'a fait». Les manifestations continuaient à Benghazi.�Les manifestations continuaient à Benghazi. Une vidéo postée sur youtube montre des soldats exterminés près de la ville de Derna. Ils auraient refusé de tirer sur les leurs. Une information non confirmée.�Une vidéo postée sur youtube montre des soldats exterminés près de la ville de Derna. Ils auraient refusé de tirer sur les leurs. Une information non confirmée. Les troubles qui agitent le monde arabe et notamment la Libye, important producteur d'or noir, font exploser les prix du pétrole. Le 23 février, le président américain Barack Obama a rompu son silence sur la Libye, appelant le monde à s'unir contre une violence «scandaleuse». Le régime de Mouammar Kadhafi semblait avoir perdu le contrôle de vastes régions de l'est de la Libye. Immigration: Rome craint un «exode biblique» si Kadhafi venait à tomber. Le 21 février dans la soirée, le colonel Kadhafi s'est exprimé lors d'une brève apparition en «direct» sur la télévision d'Etat libyenne, pour «prouver» qu'il est à Tripoli. Pendant ce temps, l'armée de l'air bombarde les manifestants à Tripoli. Le 21 février, des sources annonçaient que le président libyen aurait déjà quitté le pays et transféré ses pouvoirs à son fils... ... Pourtant, un peu plus tôt, son fils aîné Seïf Al-Islam avait annoncé que Mouammar Kadhafi était «à Tripoli pour conduire la bataille». Benghazi, dans l'est, était la proie de violents combats. Des émeutiers se sont emparés d'armes militaires. Depuis le 17 février, au moins 233 personnes sont mortes lors de manifestations en Libye. Moammar Kadhafi a circulé le 19 février dans Tripoli pour rallier ses partisans.

Sur ce sujet
Une faute?

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi a invité vendredi ses partisans à «se battre» pour «vaincre» les protestataires assurant qu'il leur ouvrirait les dépôts d'armes s'il le fallait, au 11e jour de révolte dans son pays, selon des images diffusées par la télévision d'Etat.

Un bandeau sur la télévision d'Etat affirmait «en direct».

«Préparez-vous à défendre la Libye (...) Nous allons nous battre et nous les vaincrons», a lancé M. Kadhafi à plusieurs centaines de ses partisans, à la tombée de la nuit.

Ouverture des dépôts d'armes

«S'il le faut, nous ouvrirons tous les dépôts d'armes pour armer tout le peuple», a-t-il ajouté, depuis les remparts du fort ottoman qui surplombe la place Verte.

«Nous sommes prêts à faire face à toute offensive, je suis venu ici pour vous saluer et saluer votre courage, nous allons leur répondre», a-t-il encore dit.

«Je ne suis ni président ni roi, je n'ai aucune fonction mais ce peuple m'aime», a assuré le dirigeant libyen, un micro à la main, portant une chapka et un manteau noir. «Regarde Europe, regardez Etats-Unis, le leader est au milieu du peuple», a-t-il lancé.

«Chantez, dansez et préparez-vous»

«La vie sans dignité n'a aucune valeur, la vie sans drapeaux verts n'a aucune valeur», a-t-il dit, ajoutant : «Chantez, dansez et préparez-vous».

Alors que le «Guide» brandissait régulièrement le poing vers la foule, ses partisans agitaient le drapeau vert de la Libye et brandissaient des portraits du colonel Kadhafi. Ils scandaient «N'ayez pas peur pour la Libye, tant que Kadhafi s'y trouve» et «Dieu, Mouammar, Libye et c'est tout».

«Vous aimez la Libye, vous aimez le leader, donc défendez-les», avait déclaré auparavant un pro-Kadhafi dans un haut-parleur.

«Nous avons des chaînes satellitaires étrangères avec nous. Montrez-leur que nous aimons Mouammar Kadhafi», a-t-il ajouté.

Baisers à la foule

A la fin de son discours de quelques minutes, M. Kadhafi a lancé des baisers à la foule.

Il s'agissait de la troisième intervention du colonel Kadhafi depuis le début de l'insurrection dans le pays, le 15 février, mais la première devant la foule.

Jeudi, il avait pris la parole, lors d'un message audio diffusé par la télévision libyenne, pour la deuxième fois en 48 heures pour fustiger les contestataires et avait accusé Al-Qaïda d'être derrière les insurgés.

Mardi dans une allocution télévisée il avait appelé la police et l'armée à reprendre la situation en main, menaçant tout manifestant armé de la «peine de mort» et évoqué une possible «boucherie».

Auparavant dans la nuit de lundi à mardi, la télévision avait montré le colonel Kadhafi, en manteau, s'apprêtant à monter dans une voiture, un parapluie à la main, devant sa maison dans la résidence-caserne de Bab Al-Aziziya.

«S'il n'avait pas plu, je me serais adressé aux jeunes sur la place verte et j'aurais passé la nuit avec eux pour leur prouver que je suis toujours à Tripoli», avait-il affirmé selon l'agence officielle Jana.

La contestation, débutée le 15 février, s'étend de l'ouest de Tripoli à Benghazi, à 1.000 km à l'est de la capitale, dans des villes côtières ou proches des côtes de la Méditerranée, l'immense majorité du pays, à 93% désertique, étant épargné par les combats.

Vendredi, les forces loyales au régime libyen de Mouammar Kadhafi ont tiré sur des manifestants à Tripoli faisant au moins deux morts, après la prise de contrôle de l'Est du pays par l'opposition.

Démissions en série

Le régime Kadhafi a subi une nouvelle série de défections vendredi avec le ralliement à l'opposition de la totalité de la mission libyenne à Genève et de la totalité de celle auprès de la Ligue arabe, des ambassadeurs de Libye en France et auprès de l'UNESCO à Paris ainsi que de celui en poste au Portugal, et du plus haut diplomate libyen en Suède.

Alors que le Conseil des droits de l'Homme des Nations unies était réuni en session extraordinaire sur la Libye à Genève, Adel Shaltut, deuxième secrétaire de la mission auprès de l'ONU à Genève, a demandé une minute de silence «en l'honneur de cette révolution» et informé le Conseil de la démission de toute la délégation. L'annonce spectaculaire a été saluée par une ovation debout de l'assemblée.

«Aujourd'hui, les jeunes de mon pays, cent ans après l'invasion fasciste italienne, écrivent avec leur sang un nouveau chapitre de l'histoire de la lutte et de la résistance», a déclaré M. Shaltut.

«Nous, la mission libyenne, avons catégoriquement décidé de servir en tant que représentants du peuple libyen et de son libre arbitre. Nous représenterons seulement le peuple libyen. Nous serons ses représentants auprès de cette auguste institution et des organisations internationales», a ajouté le diplomate.

Conseil des droits de l'homme

La Libye avait intégré le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU en mai 2010, dans le cadre de la réhabilitation de ce pays sur la scène internationale, après des années d'isolement dû à son soutien et sa participation au terrorisme. Le Conseil compte ainsi 47 Etats membres.

Au Caire, emboîtant le pas à leurs collègues basés à Genève, les 11 membres de la mission libyenne auprès de la Ligue arabe, ont publié en début de soirée vendredi un communiqué annonçant leur démission en bloc, et rejoignant les appels réclamant le départ du colonel Kadhafi. L'ambassadeur auprès de la Ligue arabe Abdel-Moneim al-Houni avait déjà démissionné dimanche, un des premiers à le faire.

Auparavant, à Paris, l'ambassadeur de Libye, Mohamed Salaheddine Zarem, ainsi que son homologue auprès de l'UNESCO, Abdulsalam el Qallali, avaient annoncé leur démission également. Ils sont sortis de l'ambassade dans l'après-midi et se sont adressés aux manifestants qui avaient passé la nuit devant le bâtiment et remplacé le drapeau libyen d'aujourd'hui par celui de la monarchie renversée par Moammar Kadhafi à son arrivée au pouvoir en 1969.

«Nous avons quitté nos postes»

«Nous condamnons la répression qui se déroule en Libye et l'extrême violence qu'emploient les milices des forces de sécurité contre des manifestants pacifiques qui demandent seulement la liberté et la dignité», a déclaré M. El Qallali. «Nous confirmons notre soutien à la révolution et nous avons quitté nos postes officiels», a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero, a affirmé que la police prenait «les mesures appropriées» pour protéger l'ambassade.

A Lisbonne, l'ambassadeur a annoncé à l'Associated Press qu'il démissionnait. «Je n'aime pas représenter des gens qui tuent mon peuple», a-t-il dit, dénonçant un «régime fasciste». A Stockholm (Suède), le chargé d'affaires de l'ambassade de Libye, Abdelmagid Buzrigh, a déclaré à l'Associated Press qu'il n'acceptait pas «le massacre de (son) propre peuple» mais qu'il ne démissionnait pas car il considérait qu'il servait le peuple libyen.

Les ambassadeurs libyens en Inde et au Bangladesh ont également déjà démissionné, tandis qu'aux Etats-Unis l'ambassadeur a exhorté le colonel Kadhafi à partir. Moammar Kadhafi a aussi subi ces derniers jours les démissions de ses ministres de la Justice et de l'Intérieur ainsi que celle de l'un de ses collaborateurs les plus proches.

(afp)