Crise en Egypte

02 mars 2011 12:45; Act: 02.03.2011 15:12 Print

Moubarak soigné en Arabie saoudite

Le président égyptien déchu Hosni Moubarak, 82 ans, reçoit un traitement médical pour un cancer en Arabie saoudite, selon le journal égyptien «al-Akhbar».

Voir le diaporama en grand »
20.06 L'ancien président égyptien a été déclaré cliniquement mort, mardi soir. Quelques heures après, des officiels égyptiens ont assuré qu'il se trouvait dans le coma à l'hôpital militaire de Maadi, un quartier chic du sud du Caire. 19.06 L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est dans un état de mort cérébrale, a indiqué mardi soir l'agence officielle Mena. Quelques heures auparavant, l'ancien raïs avait subi une défibrillation après une crise cardiaque et une attaque cérébrale. 17.01 Les plaidoiries de la défense ont commencé mardi. Elles dureront cinq jours. 05.01 Le procureur en charge du procès de l'ex dictateur Hosni Moubarak a requis jeudi la peine capitale contre l'ancien homme fort de l'Egypte. 02.06 Il a été interné dans l'aile médicalisée de la prison de Tora depuis qu'une peine de réclusion à perpétuité a été prononcée contre lui le 2 juin pour son rôle dans la mort de centaines de manifestants. 04.01 Après un nouvel ajournement, une audience a eu lieu. Le procureur estime avoir des preuves de l'implication d'Hosni Moubarak dans le meurtre de manifestants. 30.10 La reprise du procès a été reportée au 28 décembre. 03.08 Hosni Mouibarak a assisté à son procès sur une civière dans le box des accusés. L'ex-président égyptien Hosni Moubarak, accusé de corruption et d'être impliqué dans le meurtre de manifestants, a plaidé non coupable mercredi matin devant le tribunal pénal du Caire. Durant trente ans, Hosni Moubarak a régné d'une main de fer sur l'Egypte. Moubarak (à gauche) a succédé à Anouar el-Sadate (à droite), après la mort de ce dernier en octobre 1981. Le 14 octobre 1981, le nouveau président Hosni Moubarak a prêté serment au Parlement égyptien du Caire. Moubarak était un partenaire important pour les USA (le président Bill Clinton au centre) et Israël (Yitzhak Rabin à gauche), pour la paix au Proche-Orient. Moubarak (à droite) serre la main du leader palestinien Yasser Arafat, lors d'une rencontre à la Maison-Blanche en septembre 1995. Moubarak avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en octobre 1989, alors que les relations entre l'Egypte et le monde arabe sont perturbées par le traité de Camp David. Rencontre avec le dictateur irakien Saddam Hussein en mars 1985. A gauche se trouve le roi Hussein de Jordanie. Moubarak a côtoyé beaucoup de présidents américains. Il pose ici devant Ronald Reagan à Washington, en février 1982. Avec George Bush en 1989. Avec George W. Bush en 2003. Rencontre avec Barack Obama en 2010.

Sur ce sujet
Une faute?

«M. Moubarak se trouve actuellement sur une base militaire de la ville de Tabouk et reçoit un traitement pour un cancer du colon et du pancréas», affirme le quotidien, en citant des «sources informées».

«Il subit une chimiothérapie tous les cinq jours», ajoute le journal.

Selon «al-Akhbar», l'ancien président s'est rendu dans cette ville du nord-ouest de l'Arabie saoudite quelques jours après avoir quitté le pouvoir qu'il a remis à l'armée le 11 février, après une révolte populaire.

Selon le journal, son épouse Suzanne et leurs deux fils, Alaa et Gamal -ce dernier ayant longtemps été considéré comme un dauphin possible de son père- se trouvent aussi sur la base militaire saoudienne.

Les autorités égyptiennes avaient affirmé, après l'annonce de son départ, que M. Moubarak était parti pour la station égyptienne de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge, où il possède une résidence.

L'ancien chef de l'Etat et les membres de sa famille proche ne sont pas apparus et ne se sont pas exprimés publiquement depuis le 11 février.

M. Moubarak avait été hospitalisé en mars 2010 en Allemagne pour une ablation de la vésicule biliaire et pour un polype du duodénum.

Les autorités égyptiennes ont décrété lundi une interdiction de sortie du territoire égyptien pour M. Moubarak et sa famille proche, et décidé de geler leurs avoirs en Egypte.

(afp)