Crise libyenne

18 mars 2011 16:21; Act: 18.03.2011 16:28 Print

Fortes explosions entendues vers Tripoli

Malgré l'annonce d'un cessez-le-feu, l'armée libyenne continue de bombarder les rebelles comme sur cette vidéo tournée vendredi, à Misrata.

Sur ce sujet
Une faute?

De fortes explosions sporadiques et lointaines étaient entendus vendredi depuis le centre de Tripoli, sans qu'il ne soit possible d'établir leur origine, a constaté un journaliste de l'AFP.

Des témoins et journalistes présents dans la capitale libyenne ont également entendu le bruit d'une série de six à huit détonations.

Le régime libyen a annoncé un cessez-le-feu vendredi, alors que la communauté internationale préparait des frappes aériennes contre la Libye après le vote par l'ONU dans la nuit d'une résolution ouvrant la voie à un recours à la force.

L'ONU craint des représailles sur les civils en Libye

L'ONU a indiqué vendredi craindre que le régime de Kadhafi n'exerce des représailles sur les civils, alors que la communauté internationale discute d'une intervention militaire en Libye.
«Nous sommes extrêmement préoccupés par des représailles contre les partisans de l'opposition» qui pourraient être commises «par les forces pro-gouvernementales et des agents de sécurité en Libye», a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme.

«Personne ne sait ce qui se passe dans les villes qui étaient auparavant aux mains de l'opposition et qui ont été reprises par les forces du gouvernement», a-t-il ajouté, lors d'un point presse.

Il a indiqué que le Haut commissariat «est très préoccupé par le fait que gouvernement (de Kadhafi) puisse exercer une punition collective», soulignant ne se faire «aucune illusion sur ce que ce régime est capable de faire».

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté jeudi soir une résolution approuvant le recours à la force contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi, ouvrant la voie à des frappes aériennes, imminentes selon la France.

M. Colville a salué le vote de la résolution, estimant qu'il s'agissait d'«une manifestation importante de l'engagement de la communauté internationale vis-à-vis du principe de responsabilité de protection des civils».

(afp)