Révoltes arabes

02 mars 2011 15:59; Act: 02.03.2011 16:14 Print

Les révolutions arabes, un espoir pour les femmes

Les révolutions dans les pays arabes sont «un espoir» pour les femmes, selon un membre du comité de l'ONU sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes.

storybild

Les événements dans le monde arabe «donnent beaucoup d'espoir pour l'émancipation des femmes», selon Patricia Schulz. (Photo: Keystone)

Une faute?

Membre suisse depuis janvier du comité de l'ONU sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes (CEDEF), Patricia Schulz a affirmé mercredi que les révolutions dans les pays arabes sont «un espoir» pour les femmes. Il ne faut pas rater cette chance, a-t-elle dit.

«Les événements en Afrique du Nord et au Moyen-Orient donnent beaucoup d'espoir pour l'émancipation des femmes», a déclaré au Club suisse de la presse Patricia Schulz, directrice du Bureau fédéral de l'égalité à Berne pendant 16 ans jusqu'en décembre.

«Je ne suis pas naïve, il n'y aura pas des régimes démocratiques tout de suite. Mais il ne faut pas rater une chance unique d'orienter ces transformations dans un sens favorable à l'égalité homme-femme», a ajouté l'avocate genevoise.

Elle a salué la forte mobilisation des femmes dans les mouvements de contestation tant en Tunisie qu'en Egypte. En même temps, elle s'est inquiétée du fait qu'elles ne sont pas présentes dans les gouvernements provisoires formés depuis les départs des présidents tunisien Zine El Abidine Ben Ali et égyptien Hosni Moubarak.

«Il n'y a pas une seule femme dans les nouveaux organes dirigeants. Cela me fait peur», a déclaré Mme Schulz. Elle a souligné que pour que leurs intérêts soient pris en compte, il est essentiel que les femmes soient suffisamment représentées dans les organes de décision.


Un processus en route

De manière générale, l'experte du comité de l'ONU a affirmé que des discriminations encore très importantes existent à travers le monde à l'égard des femmes, mais qu'»un processus est en route». Les progrès se heurtent à des systèmes juridiques différents, fondés sur la religion ou sur la tradition, souvent «fortement discriminatoires» par exemple dans les domaines de l'héritage et du mariage.

Elue l'an dernier par l'ONU à New York avec 129 voix sur 186 pour faire partie des 23 membres du comité de l'ONU sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, la Genevoise compte sur «un dialogue constructif» avec les Etats pour «faire pression».

Elle entend «poser des questions précises» et «esquisser des solutions» lors de l'examen des rapports des Etats, sept à huit par session du comité qui se réunit trois fois par an.

Le comité d'experts a pour tâche de surveiller l'application de la Convention de l'ONU sur l'élimination de la discrimination à l'égard des femmes, entrée en vigueur en 1981. La Suisse l'a ratifiée en 1997.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Manon le 02.03.2011 18:40 Report dénoncer ce commentaire

    et oui...

    A papa triste. Même si je suis d'accord avec vous, pensez-vous qu'il soit possible de comparer? Ces pauvres jeunes filles qui sous le couvert de la religion (puisqu'ils sont sûr que leur prophète existe) soient voilées, tabassées, mal vues dans les uni, mariées sans leur consentement. Vraiment, aucune comparaison, mais je vous comprends très bien, trop d'un côté et rien de l'autre. A qui la faute?

  • Mako le 02.03.2011 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    Une goutte d'eau dans le desert

    Il serait temps qu'elles soient mieux représentée et surtout qu'elles puissent gagner en indépendance. Mais je crains que cela reste malgré tout un plan sur la comète...

  • Suzi le 03.03.2011 07:30 Report dénoncer ce commentaire

    Fait beau rêver

    Même en Suisse, les femmes sont, encore, discriminées alors d'ici à ce que les femmes du monde ne le soient plus, les poules auront des dents. Et en ce qui concerne les femmes des pays arabes en recherche de démocratie, elles ne seront pas moins discriminées dans le futur car les lois sont faites par des hommes aux profits des hommes. On peut vivre en "démocratie" mais ce n'est pas pour autant que cela change le fond des mentalités.

Les derniers commentaires

  • Suzi le 03.03.2011 07:30 Report dénoncer ce commentaire

    Fait beau rêver

    Même en Suisse, les femmes sont, encore, discriminées alors d'ici à ce que les femmes du monde ne le soient plus, les poules auront des dents. Et en ce qui concerne les femmes des pays arabes en recherche de démocratie, elles ne seront pas moins discriminées dans le futur car les lois sont faites par des hommes aux profits des hommes. On peut vivre en "démocratie" mais ce n'est pas pour autant que cela change le fond des mentalités.

  • Morgarten le 02.03.2011 19:22 Report dénoncer ce commentaire

    Trop tôt pour foncer !

    Il serait intéressant de savoir quels pays du Maghreb ont signé cette convention angélique. Une fois encore, l'ONU se lance dans des idéologies occidentales qui n'ont rien à voir avec les cultures des pays concernés. Vu comme c'est parti, le "forcing" des féministes poilues risque d'être perçu comme un retour de la colonialisation. Un peu de calme, de diplomatie, de travail sur le terrain, en douceur et profondeur. Mais bon, l'ONU a déjà bien démontré son irréductible incompétence.

  • Manon le 02.03.2011 18:40 Report dénoncer ce commentaire

    et oui...

    A papa triste. Même si je suis d'accord avec vous, pensez-vous qu'il soit possible de comparer? Ces pauvres jeunes filles qui sous le couvert de la religion (puisqu'ils sont sûr que leur prophète existe) soient voilées, tabassées, mal vues dans les uni, mariées sans leur consentement. Vraiment, aucune comparaison, mais je vous comprends très bien, trop d'un côté et rien de l'autre. A qui la faute?

    • Neuville sur Saone le O7.03.2011 10h31 le 07.03.2011 19:31 Report dénoncer ce commentaire

      bien sûr !

      Ce que des siècles et des siècles ont mis en place, souvent avec l'aide des religions,à l'encontre des femmes ne peut que perdurer.C'est bercer d'illusions les femmes du monde entier qui,à l'heure d'aujord'hui ne peuvent qu'espérer hélas des jours meilleurs pour leurs filles.Et ainsi de suite.....!

  • Papa triste le 02.03.2011 16:37 Report dénoncer ce commentaire

    Lois obsolètes

    "Les progrès se heurtent à des systèmes juridiques différents, fondés sur la religion ou sur la tradition, souvent «fortement discriminatoires» par exemple dans les domaines de l'héritage et du mariage." Combattons la discrimination dont sont victimes les HOMMES lors des séparations des couples avec enfants! Révisons nos usages d'un autre temps!

    • Marie le 02.03.2011 19:55 Report dénoncer ce commentaire

      Oh oui, envers les femmes !

      Vous avez d'abord le dialogue, l'examen de conscience et enfin les tribunaux pour cela. De toute manière il ne s'agit pas de discrimination envers les hommes. Par contre, il existe beaucoup de discrimination envers les femmes dans le monde, reconnaissez-le.... et c'est de cela que parle l'article !

  • Mako le 02.03.2011 16:31 Report dénoncer ce commentaire

    Une goutte d'eau dans le desert

    Il serait temps qu'elles soient mieux représentée et surtout qu'elles puissent gagner en indépendance. Mais je crains que cela reste malgré tout un plan sur la comète...