Propos pro-Kadhafi

06 mars 2011 19:54; Act: 06.03.2011 19:57 Print

Un commissaire européen s'excuse

Le commissaire européen maltais, John Dalli, a exprimé des «regrets» dimanche après des déclarations favorables au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

Une faute?

La Commission européenne, et nombre de dirigeants européens, ont réclamé son départ.

«Je regrette si l'une des remarques que j'ai faites vendredi a pu donner la fausse impression que je ne soutiens pas la position exprimée mercredi par le président (de la Commission, José Manuel) Barroso sur la situation en Libye», a affirmé M. Dalli dans un communiqué.

Il a estimé que «certains de (ses) propos avaient été interprétés hors contexte». «Le point principal que je faisais au sujet de M.'Kadhafi dans mes remarques personnelles, en condamnant fermement toute forme de violence, c'est que M. Kadhafi doit suivre la volonté de son peuple», a aussi ajouté le commissaire.


Suggestion récemment

M. Dalli, 62 ans, qui dans le passé a étroitement travaillé avec la Libye pendant de nombreuses années en tant qu'homme d'affaires, avait déclaré vendredi au cours d'un forum économique maltais qu'il ne pensait «pas avoir le droit, pas plus que quiconque, de se prononcer sur le fait de savoir si Kadhafi doit démissionner».

«Je pense qu'il appartient à Kadhafi de prendre ses propres décisions», avait déclaré M. Dalli, commissaire chargé de la Santé et de la protection des consommateurs, se voulant conciliant à l'égard de celui qui depuis près de 42 ans dirige d'une main de fer la Libye: «je pense que Kadhafi a fait une première tentative de conciliation» en proposant de négocier avec les insurgés.

John Dalli a également apporté du grain à moudre à la thèse du colonel Kadhafi selon laquelle des forces extérieures à la Libye ont manipulé et exagéré l'importance des manifestations de protestation dans son pays, à l'intention des médias étrangers.


Appel récent par Barroso

«Il y a des fois où le doute s'installe lorsqu'on voit des gens parlant parfaitement l'anglais être portés par un groupe de personnes pour leur donner l'allure d'une foule», a dit le commissaire. «Je me demande s'il n'y a pas des images qui sont créées pour les journalistes», avait-il ajouté vendredi, selon des médias maltais.

Ses propos étaient largement en contradiction avec la position adoptée par l'UE et en particulier par le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso.

M. Barroso a lui clairement appelé cette semaine le colonel Kadhafi à quitter le pouvoir. «Il est temps qu'il parte et qu'il rende le pays à la population libyenne, afin de permettre aux forces démocratiques de tracer un avenir», avait-il dit mercredi, qualifiant d'»atroce» la situation en Libye.

(ats)