Crise en Libye

24 février 2011 08:28; Act: 24.02.2011 09:00 Print

Kadhafi restera «le père qui conseille»

Mouammar Kadhafi restera, quel que soit le régime en Libye, le «père qui conseille», même s'il faudra du sang neuf pour gouverner le pays, déclare son fils Saadi.

storybild

Saadi Kadhafi: «Oui, il y a des gens qui protestent contre mon père. Tout le monde doit être libre d'exprimer son opinion». (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Après une semaine de manifestations contre le régime en place à Tripoli, l'Est libyen a basculé aux mains des insurgés. Mais Saadi Kadhafi déclare que «tôt ou tard», la direction libyenne reprendra le contrôle de la région.

«Oui, il y a des gens qui protestent contre mon père. C'est normal. Tout le monde doit être libre d'exprimer son opinion», dit-il dans un entretien par téléphone publié sur le site internet du «Financial Times».

«Après ce séisme positif, nous devons faire quelque chose pour la Libye. Nous devons apporter du sang neuf pour gouverner notre pays», poursuit-il.

Saadi Kadhafi a effectué à ses frais une brève carrière de footballeur dans le championnat professionnel italien entre 2003 et 2007. Il assure que son frère Saïf al-Islam travaille à l'élaboration d'une nouvelle Constitution et qu'il communiquera prochainement à ce sujet.

«Ils auront peur»

La répression des manifestations contre le régime a fait des centaines de morts selon les organisations de défense des droits de l'homme. Des témoignages ont fait état d'avions de chasse bombardant des civils.

Saadi Kadhafi déclare au «Financial Times» que des avions et des navires de guerre ont été utilisés pour bombarder des dépôts de munition près de la ville orientale de Benghazi, mais que les cibles ne se trouvaient pas à proximité de zones habitées.

Il ajoute que la destruction de ces armes est destinée à éviter qu'elles ne tombent en de mauvaises mains. Et d'affirmer que des «milliers» de militants d'Al Qaïda cherchent à prendre le contrôle de l'est du pays.

Saadi Kadhafi déclare encore que l'armée sera envoyée si nécessaire sur les sites pétroliers et gaziers. «L'armée est toujours très forte. Si nous avons vent de quelque chose, nous enverrons des bataillons. Quand les gens verront l'armée, ils auront peur.»

(ats)