Diplomatie Française

25 février 2011 17:09; Act: 25.02.2011 18:59 Print

Sous le feu des critiques, «MAM » s'en irait

Empêtrée dans les polémiques, Michèle Alliot-Marie, ministre des Affaires Etrangères, quittera le gouvernement dimanche ou lundi, selon des ministres.

storybild

MAM a été privée du premier voyage officiel en Tunisie cette semaine et a été envoyée au Brésil. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Deux poids lourds du gouvernement français ont affirmé vendredi que la cheffe de la diplomatie, Michèle Alliot- Marie, empêtrée dans la polémique sur ses vacances fin 2010 en Tunisie, quittera le gouvernement «dimanche ou lundi». Elle pourrait être remplacée par le ministre de la Défense Alain Juppé.

«Le départ de Michèle Alliot-Marie aura lieu ce week-end ou lundi. Elle devrait être remplacée par Alain Juppé», a affirmé un de ces deux ministres. Il a expliqué que la situation était devenue «intenable» pour le gouvernement et le président Nicolas Sarkozy.

«La séquence de la présidence française du G20 est importante et comme ministre des Affaires étrangères Mme Alliot-Marie sera très en vue, au côté du chef de l'Etat. Or, à son poste, l'action ne permet pas d'effacer l'image», a ajouté ce membre du gouvernement sous couvert d'anonymat.

Un autre ministre a mis l'accent sur la chute de l'exécutif dans les récents sondages en France. «Michèle Alliot-Marie a dévissé et entraîne tout le monde. Il faut stopper ça», a-t-il expliqué.

Vendredi matin pourtant, la ministre avait balayé toute idée de départ. «Ma devise c'est bien faire et laisser dire» et «les rumeurs ne m'intéressent pas», avait-elle lancé à la radio «France Info» avant de s'envoler pour deux jours de visite au Koweït. Elle a aussi assuré qu'elle serait lundi à Genève pour une réunion de l'ONU pour y rencontrer son homologue américaine, Hillary Clinton.

Compagnon dans la tourmente

Michèle Alliot-Marie, 64 ans, ministre depuis 2002 (Intérieur, Défense, Justice avant les Affaires étrangères récemment) s'était targuée d'avoir «le cuir épais» face aux multiples critiques concernant ses vacances fin 2010 dans une Tunisie déjà en révolte.

La polémique avait encore enflé avec son offre de coopération policière au régime du président tunisien Ben Ali, et des explications floues sur ses relations avec un homme d'affaires tunisien. Mais la ministre a toujours rejeté les appels à sa démission formulés depuis plusieurs semaines par l'opposition.

Ce remaniement annoncé pourrait survenir alors que la politique extérieure de Nicolas Sarkozy, notamment à l'égard du monde arabe, fait actuellement l'objet de multiples critiques en France. Mme Alliot-Marie a aussi été atteinte par des attaques contre son compagnon, Patrick Ollier, considéré un temps proche de Mouammar Kadhafi.

(afp)