Crise en Egypte

03 mars 2011 10:52; Act: 03.03.2011 15:20 Print

Le Premier ministre égyptien démissionne

Le Conseil suprême des forces armées qui gère le pays depuis le départ du président égyptien Hosni Moubarak a accepté la démission du Premier ministre Ahmad Chafik.

storybild

Le Premier ministre Ahmad Chafic se retire. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Le Premier ministre égyptien Ahmed Chafik a démissionné jeudi, a annoncé le Conseil suprême des forces armées (CSFA), répondant favorablement aux demandes de remaniement formulées par des artisans de la révolution. Il avait été nommé par Hosni Moubarak quelques jours avant le départ du «raïs» le 11 février.

L'armée au pouvoir a chargé Essam Charaf, un ancien ministre des Transports, de former un nouveau gouvernement.

Un conseiller d'Ahmed Chafik a déclaré que cette démission, selon lui «choquante et prématurée», visait à prévenir de nouveaux rassemblements massifs vendredi, journée de prières régulièrement choisie par les manifestants pour faire valoir leurs revendications.

«On a eu peur des rassemblements du vendredi et de leur ampleur. (Chafik) voulait, en fait, partir avant cette semaine et ne souhaite pas provoquer d'agitation», a ajouté ce conseiller.

Essam Charaf, ancien professeur et ingénieur, a participé à des manifestations contre Hosni Moubarak sur la place Tahrir du Caire. Il a été membre du gouvernement entre 2004 et 2006 avant de revenir enseigner à l'université du Caire.

Technocrates réclamés

L'armée, qui avait maintenu à leurs postes tous les ministres régaliens nommés par Moubarak avant son départ, était sous forte pression de la rue pour procéder à un remaniement. Les protestataires réclamaient la formation d'une équipe de technocrates dans l'attente du transfert du pouvoir aux civils.

Une réforme constitutionnelle sera soumise à référendum le 19 mars, en prélude à des élections législatives en juin et présidentielle six semaines plus tard.

Candidat à la présidence?

Ahmed Chafik, un officier de l'armée de l'air, avait été cité par une source militaire comme un éventuel candidat à la prochaine élection présidentielle.

Certains observateurs estiment que cette démission pourrait lui permettre de préparer sa candidature. Mais l'un des proches du Premier ministre démissionnaire a écarté cette hypothèse de voir Chafik se présenter à l'élection.

(ats/afp)