Maroc

19 juin 2011 21:47; Act: 19.06.2011 22:57 Print

Les manifestants veulent plus de réformes

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dimanche dans les rues de Casablanca, au Maroc, pour demander plus de réformes. Ils exigent une véritable monarchie parlementaire.

Sur ce sujet
Une faute?

Une manifestation évaluée à plusieurs milliers de personnes a dénoncé dimanche dans les rues de Casablanca le projet de réforme constitutionnelle présenté vendredi par le roi Mohammed VI. Dans un discours à la nation, ce dernier a proposé un projet qui vise à «consolider les piliers d'une monarchie constitutionnelle, démocratique, parlementaire et sociale», tout en conservant au souverain toutes ses prérogatives de «chef de l'Etat» et de «commandeur des croyants».

Ce texte renforce les pouvoirs du Premier ministre qui sera désormais désigné au sein du parti arrivé en tête aux élections et non plus choisi d'autorité par le roi. Il sera soumis à référendum le 1er juillet.

Réforme insuffisante

«Nous ne lâcherons pas prise», a assuré l'un des membres du Mouvement du 20 février qui exige une véritable monarchie parlementaire.

«Ce projet de réforme est insuffisant. Il ne permet pas au Maroc de passer de la monarchie absolue à la monarchie parlementaire», a expliqué dimanche Ahmed Mediany, l'un des membres de la section du Mouvement du 20 février à Casablanca. Beaucoup de membres du Mouvement islamiste Justice et bienfaisance, l'un des plus importants au Maroc, ont manifesté dimanche aux côtés des jeunes.

«Non à l'injustice», «Nous voulons une vraie démocratie», «constitution dégage», ont notamment crié les manifestants.

Des centaines de personnes favorables au projet de constitution, brandissant des drapeaux et des portraits du roi, ont de leur côté tenté d'empêcher la manifestation. Celle-ci a pu changer de quartier pour éviter l'affrontement.

A Rabat, des dizaines d'autres manifestants du Mouvement du 20 février se sont aussi retrouvés face à des personnes favorables à cette constitution dans le quartier populaire de Takadoum.

L'UE satisfaite

L'Union européenne et la France ont salué ce week-end la réforme constitutionnelle annoncée vendredi par le roi du Maroc Mohammed VI.

La réforme annoncée constitue «un pas significatif et un engagement clair en faveur de la démocratie et du respect des droits de l'homme», ont indiqué le président de la Commission européenne Juan Manuel Barroso, la cheffe de la diplomatie de l'UE Catherine Ashton et le commissaire à l'élargissement Stefan Füle dans un communiqué conjoint.

Selon eux, le projet du roi touche à des «éléments clés dans la réforme et la modernisation» du Maroc, «tels que la séparation des pouvoirs, le renforcement du rôle du gouvernement, l'indépendance de la justice, la régionalisation et l'égalité des droits entre hommes et femmes».

Le président français Nicolas Sarkozy a de son côté salué samedi «les évolutions institutionnelles majeures annoncées» par Mohamed VI. Il les a qualifiées d'»avancées capitales», notamment pour «les libertés publiques» et «les droits individuels».


(ats)