Contestation arabe

21 février 2011 09:22; Act: 21.02.2011 09:35 Print

Peres prévoit la fin des dictateurs au Moyen-Orient

Le président israélien, Shimon Peres, a estimé lundi à la radio publique que les soulèvements qui ont éclaté récemment au Moyen Orient marquaient la fin des «dictateurs».

storybild

Le président israélien, Shimon Peres. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

«Ce qui est évident maintenant, c'est qu'aucun dictateur ne peut plus être tranquille au Moyen-Orient. Facebook leur survivra», a affirmé M. Peres.

«Les dictateurs doivent désormais répondre de ce que le monde voit sur les écrans, de la pauvreté, de la répression, de la corruption (...). Aujourd'hui tout est à ce point transparent que les dictateurs ne disposent plus d'aucun endroit pour se cacher», a ajouté le président.


Le ministre du Développement régional et vice-Premier ministre, Sylvan Shalon, a dénoncé une nouvelle fois l'Iran.

«Le fait que l'Iran tente aujourd'hui de prendre une part plus active dans toutes les révolutions qui se produisent dans notre région doit amener à une seule conclusion: le monde doit s'unir afin d'empêcher que l'Iran transforme cette région en région hostile et mette la main sur toutes les ressources en pétrole pour les 150 ans à venir», a affirmé« M. Shalom.

«Le fait que nous voyions que l'effet domino a atteint la Libye soulève la question de qui sera le patron du Moyen-Orient», a souligné le ministre.

L'onde de choc née en Tunisie, puis en Egypte, a continué ce week-end à se propager d'Afrique du Nord au Moyen-Orient avec la Libye, qui se trouve au bord de la guerre civile, tandis que centre de Manama est tenu par l'opposition et que des rassemblements de protestation ont eu lieu au Maroc et en Iran.

(ats)