Tunisie

17 février 2011 17:25; Act: 17.02.2011 17:38 Print

«Ben Ali est dans un état grave»

L'ex-président tunisien aurait été victime d'un accident vasculaire cérébral. Il serai «dans le coma» depuis deux jours dans un hôpital de Jeddah, a annoncé jeudi un proche de sa famille.

storybild

Zine El Abidine Ben Ali serait «dans le coma» depuis mardi en Arabie Saoudite. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-président tunisien Zine El Abidine Ben Ali, 74 ans, qui a fui son pays le 14 janvier sous la pression de la rue, est «dans le coma» depuis deux jours dans un hôpital de Jeddah suite à un AVC, a indiqué jeudi à l'AFP un proche de sa famille.
«Il est entré dans le coma il y a deux jours. Il est à l'hopital à Jeddah», a déclaré une source proche de sa famille contactée au téléphone par l'AFP dans un pays du Golfe.

«Il a eu un AVC (accident vasculaire cérébral), il est dans un état grave», a ajouté cette source.

Le président déchu et sa famille ont fui en Arabie Saoudite le 14 janvier à l'issue de près d'un mois de contestation populaire après 23 ans de pouvoir sans partage.

Joint auparavant par l'AFP, le gouvernement intérimaire tunisien ne souhaitait «ni confirmer, ni démentir» des rumeurs faisant état de l'hospitalisation de l'ex-homme fort de Tunis.

Une source proche du gouvernement avait indiqué que «les informations (circulant au sujet de la dégradation de l'état de santé de Ben Ali) sont concordantes».

«Il s'agit de sources d'informations assez diversifiées», a ajouté cette source se refusant à donner davantage de précisions.

Le journal tunisien Le Quotidien a publié jeudi un article intitulé «Ben Ali victime d'une attaque cérébrale», citant le blog du journaliste français Nicolas Beau, spécialiste de la Tunisie, où il affirme que Ben Ali est dans un état grave et que «pour des raisons de sécurité, le président déchu serait soigné sous l'identité d'un émir saoudien».

L'ex-président Ben Ali a fui la Tunisie le 14 janvier après quatre semaines de révoltes sans précédent qui ont conduit à la chute de son régime policier.

(afp)