Traité avec Rome

13 décembre 2011 21:16; Act: 13.12.2011 21:19 Print

Tripoli exprime des réserves

La Libye a exprimé mardi des réserves sur «certains points» du traité d'amitié avec Rome signé en 2008 par les anciens dirigeants des deux pays, Mouammar Kadhafi et Silvio Berlusconi.

Sur ce sujet
Une faute?

La Libye «a des réserves sur un certain nombre de points inclus dans la convention qui ont besoin d'être discutés à nouveau entre les deux pays», a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères, Mohamed Abdelaziz, cité par l'agence officielle Wal. Le président du Conseil national de transition (CNT), Moustapha Abdeljalil, doit se rendre jeudi à Rome pour discuter du traité avec les autorités italiennes, a-t-il ajouté.

«La vision de la nouvelle Libye par rapport à sa coopération avec l'Italie diffère de ce qu'elle était sous l'ancien régime», a-t-il expliqué, soulignant «la nécessité de regarder le partenariat italo- libyen d'une façon totalement différente».

M. Abdelaziz, qui sortait d'un entretien avec Domenico Giorgi, chef du département Pays méditerranéens et Moyen-Orient au ministère italien des Affaires étrangères, a ajouté que les deux parties restaient toutefois d'accord sur certains points du traité, sans préciser lesquels.

Période coloniale

L'Italie avait suspendu le traité fin février, quelques jours après le début de l'insurrection en Libye qui a provoqué la chute du régime de Mouammar Kadhafi.

Le traité d'amitié entre la Libye et l'Italie, signé le 30 août 2008 à Benghazi (Libye) par MM. Kadhafi et Berlusconi, prévoit des investissements italiens en Libye de 5 milliards de dollars en compensation de la période coloniale, dont la construction, pour environ 3 milliards de dollars, d'une autoroute littorale de 1.700 km.

En contrepartie le régime de Tripoli s'est engagé à limiter l'immigration clandestine depuis ses côtes. Le traité, qui permet également le refoulement en Libye des migrants partis de ce pays, avait conduit à une chute de 94% de l'immigration illégale vers le sud de l'Italie.

Avant le début de la révolution libyenne, les anciens dirigeants des deux pays entretenaient des relations privilégiées et fêtaient chaque 30 août l'anniversaire de leur traité. L'Italie, ancienne puissance coloniale en Libye, est le premier partenaire commercial du pays.

(ats)