Agitation en Chine

21 février 2011 08:55; Act: 21.02.2011 09:08 Print

Des Chinois veulent aussi leur révolution

La Révolution du jasmin pousse des Chinois à manifester dans diverses villes du pays. Le parti communiste raille ces «quelques agités».

storybild

Des Chinois veulent leur Révolution du jasmin. (Photo: Keystone/AP)

Sur ce sujet
Une faute?

La presse officielle chinoise raillait lundi les «quelques agités» qui dimanche «ont tenté d'imiter la Révolution du jasmin» en Tunisie, en insistant sur le fait qu'une révolution en Chine était tout simplement «impossible». «Il n'y a pas de volonté collective en faveur d'une révolution en Chine», assurait le quotidien Global Times, connu pour son nationalisme.

«Quelques personnes à Pékin, Shanghai et plusieurs autres villes de Chine ont tenté hier d'imiter la Révolution du jasmin», écrivait dans un éditorial le quotidien.

«Ces personnes sont comme les mendiants dans les rues, ils ne disparaissent jamais, tandis que le reste du pays avance», a poursuivi le journal, affirmant aussi que les manifestants se limitaient à «quelques agités».

«Quelques personnes criant des slogans ou jetant des jasmins dans la rue ne vont pas ralentir l'élan pris par le pays», a estimé le Global Times, selon qui «le gouvernement chinois bénéficie du soutien de la majorité de la société».

Amener à progresser

Le Quotidien du peuple, voix officielle du parti communiste chinois, a appelé les citoyens à la «maturité» et à la «cohésion sociale».

Des intellectuels «pensent que leur mission est de critiquer. Cette vision est partiale et sert même d'excuse à des éléments irresponsables», a regretté le journal.

«La Chine est vouée à progresser en tant que nation imparfaite, avec ses nombreux problèmes. Pas un seul d'entre eux ne doit toutefois servir d'argument pour remettre en cause la façon dont est gouvernée la société», a écrit le Quotidien du peuple.

Police déployée

La police a été déployée en masse dimanche dans des villes chinoises et a procédé à plusieurs arrestations pour empêcher des manifestations auxquelles les Chinois avaient été appelés sur l'internet dans 13 villes, ont annoncé des militants.

Par ailleurs, on était sans nouvelles d'une centaine de défenseurs des droits de l'Homme.

Ce déploiement policier et ces mesures de fermeté «s'appuient à la fois sur la loi et l'opinion publique», a assuré le Global Times.

D'après plusieurs forums, seuls quelques manifestants ont répondu à l'appel, se trouvant face à de très gros contingents de policiers.

La Libye était lundi au bord de la guerre civile, alors que l'onde de choc née en Tunisie, puis en Egypte, a continué dimanche à se propager d'Afrique du Nord au Moyen-Orient.

(afp)