Crise en Tunisie

16 mars 2011 16:21; Act: 16.03.2011 16:52 Print

«Clinton dégage», scandent les manifestants

La secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, qui doit arriver à Tunis dans quelques heures, n'est pas la bienvenue en Tunisie pour des dizaines de manifestants.

Sur ce sujet
Une faute?

A quelques heures de l'arrivée à Tunis de Mme Hillary Clinton, des dizaines de manifestants se sont rassemblés mercredi matin sur l'avenue Bourguiba, principale artère de Tunis, scandant des slogans hostiles à la visite de la secrétaire d'Etat.

«Clinton dégage», «non à l'intervention étrangère», criaient les jeunes manifestants, filles et garçons, qui se sont organisés à travers des appels lancés sur le réseau social Facebook.

«Le peuple arabe est uni», «pas de tutelle américaine», «non à l'hégémonie, oui à l'égalité», pouvait-on lire sur des pancartes brandies par les Facebookers, qui brandissaient des portraits en caricature de la cheffe de la diplomatie américaine et un dessin de drapeaux américain et israélien.

Les manifestants se sont dispersés après une heure, sans donner lieu à une intervention des forces de l'ordre déployées sur les lieux, tandis qu'un hélicoptère de l'armée sillonnait le ciel.

Selon le blogueur Oussama Mraissi, deux autres manifestations sont prévues mercredi soir, l'une devant l'ambassade des Etats-Unis à Tunis et l'autre devant le ministère des Affaires étrangères.

«Jeudi, nous projetons un grand rassemblement au centre-ville pour protester contre la visite de Mme Clinton», a déclaré le blogueur à l'Associated Press.

Après avoir participé à Paris à une réunion du G8, la secrétaire d'Etat s'est rendue en Egypte, avant de rallier Tunis où elle est attendue dans la soirée.

Avant de quitter Washington, Mme Clinton avait déclaré que son voyage en Egypte et en Tunisie visait à y «encourager la transition démocratique» après la chute de leurs précédents régimes totalitaires.

(ap)