Crise en Libye

22 mars 2011 23:05; Act: 23.03.2011 08:46 Print

Kadhafi défie la coalition à la tv

La coalition a maintenu ses bombardements sur la Libye dans la nuit de mardi à mercredi, alors que Washington annonçait une réduction de son engagement aérien.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

A la nuit tombée, des tirs de la défense anti-aérienne, précédés et suivis d'explosions lointaines, ont retenti à Tripoli, selon un journaliste de l'AFP.

Peu après, le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi était montré à la télévision nationale en train de s'adresser à une petite foule de partisans, depuis un des bâtiments de sa résidence de Bab el-Aziziya à Tripoli, touché dimanche par un missile.

Défiant la coalition, Mouammar Kadhafi a affirmé que son pays était «prêt pour la bataille, qu'elle soit longue ou courte». «Nous allons gagner cette bataille», a-t-il lancé, avant d'affirmer, dans une brève allocution, que «les masses étaient les plus fortes des défenses anti-aériennes».

Combats meurtriers

Sur le terrain, les forces gouvernementales n'ont pas cessé leurs bombardements, selon les rebelles et des témoins, en dépit de l'annonce par le colonel Kadhafi d'un nouveau cessez-le-feu dimanche soir.

A Yefren (130 km au sud-ouest de Tripoli), «les forces de Kadhafi ont entrepris une offensive meurtrière lundi et mardi dans la région. Les combats ont fait au moins 9 morts à Yefren et beaucoup de blessés», a indiqué un habitant.

Dans la même région d'Al-Jabal Al-Gharbi, «il y a eu un renversement de situation dans la nuit (de lundi à mardi). Les forces de Kadhafi, qui tenaient une position à environ 10 km de Zenten et d'où elles bombardaient la ville, ont été contraintes d'abandonner cette position, sous le feu des rebelles», a indiqué un témoin. Ce dernier a par ailleurs assuré avoir vu «pas mal de corps à la morgue de Zenten», des «victimes côté rebelle des combats des derniers jours».

A l'est de Tripoli, cinq personnes, dont quatre enfants, ont été tuées à Misrata, troisième ville du pays (200 km de la capitale), par des tirs de pro-Kadhafi, selon les rebelles. La veille, 40 personnes y avaient déjà été tuées et plus de 300 blessées.

Des chars et des snipers déployés dans la principale artère ont ouvert le feu «aveuglément», selon un porte-parole rebelle.

Opération de l'OTAN

Depuis le Salvador, Barack Obama a indiqué que les Etats-Unis ont réduit de façon «significative» le nombre de survols de la Libye par leurs avions, la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne pouvant s'achever «sous peu».

Les avions de la coalition internationale ont effectué un total de 336 sorties et conduit 108 frappes aériennes depuis samedi, selon le Pentagone. Avec 212 sorties, les Etats-Unis représentent près des deux-tiers de la totalité de l'engagement aérien.

Un F-15 américain s'est écrasé lundi soir en Libye, en raison d'un «dysfonctionnement». Ses deux membres d'équipage se sont éjectés et on été récupérés, selon le commandant de l'opération internationale, l'amiral américain Samuel Locklear.

Mais selon l'amiral, «Kadhafi et ses forces ne se conforment pas à la résolution de l'ONU et continuent d'attaquer les populations civiles libyennes». Selon lui, les forces du colonel Kadhafi doivent se retirer d'Ajdabiya et de Misrata (est) et de Zawiya (ouest).

Le secrétaire général de l'OTAN a annoncé que les 28 ambassadeurs réunis pour le septième jour d'affilée «ont décidé de lancer une opération pour contrôler l'embargo sur les armes» destinées à la Libye, en assignant des navires et des avions à cette mission.