Révolte à Bahreïn

17 février 2011 12:08; Act: 17.02.2011 12:18 Print

Un journaliste américain passé à tabac

Un journaliste américain couvrant les manifestations à Bahreïn pour la télévision ABC a été passé à tabac lors de l'évacuation violente de la place de la Perle à Manama.

Miguel Marquez était en liaison par téléphone avec la chaîne quand il a été agressé.

Sur ce sujet
Une faute?

Les heurts à Bahreïn ont déjà fait quatre morts suite à l'assaut des forces de sécurité.

Miguel Marquez était en liaison téléphonique avec sa chaîne, lorsqu'il s'est mis à crier «Non! Non! Non! Hé, je suis journaliste. J'y vais, j'y vais. On me frappe».

Puis la liaison a été coupée et plus tard, lors d'une nouvelle liaison, M. Marquez a expliqué avoir été frappé et vu sa caméra arrachée aux premières heures de jeudi.

«Je viens de me faire passer à tabac par un groupe de loubards. Je suis maintenant dans un marché près de notre hôtel où des gens se sont réfugiés», a-t-il dit, soulignant n'avoir pas été sérieusement blessé.

Mercredi, le Comité de protection des journalistes, basé à New York, s'était inquiété «des agressions répétées de journalistes couvrant les manifestations antigouvernementales au Moyen-Orient».

«Ces derniers jours des journalistes ont été empêchés de faire leur travail, agressés ou interpellés en Libye, à Bahrein, en Iran et au Yémen,» avait dénoncé l'ONG.

Il avait également assuré que les autorités de Bahrein avaient «réduit le débit des connexions internet dans le pays depuis deux jours de façon sélective,» affectant notamment les rédactions de presse, le hôtels et les domiciles privés.

(ats)