Oman

05 mars 2011 20:07; Act: 05.03.2011 20:09 Print

Le sultan limoge trois hauts responsables

Le sultan d'Oman, Qabous ben Said, a limogé samedi trois hauts responsables gouvernementaux dans une tentative pour apaiser la contestation, après plus d'une semaine de manifestations anti-gouvernementales.

Une faute?

Les protestations se sont étendues à la région pétrolifère d'Haïma, à 500km au sud-ouest de la capitale Mascate, ont déclaré samedi des responsables gouvernementaux. Des manifestants se sont rassemblés pour réclamer plus d'investissements publics dans la région, ont ajouté ces responsables qui ont requis l'anonymat. Ils n'ont pas fourni de plus amples précisions.

Un manifestant avait été tué par la police samedi dernier à Sohar, deuxième port du sultanat où plusieurs centaines de personnes s'étaient regroupées sur le principal rond-point de la ville pour exiger des augmentations de salaire, des emplois pour les jeunes et le limogeage de certains ministres.

Face aux manifestations, le sultan a procédé à un second remaniement en une semaine, remplaçant deux ministres, dont le ministre du cabinet royal, ainsi que le secrétaire général chargé des affaires de la cour royale.

Pour tenter d'apaiser la colère, le sultan Qabous ben Said avait déjà ordonné le 27 février la création de 50'000 nouveaux emplois publics et une allocation mensuelle de 150 rials (282 euros) pour les chômeurs. La veille, au premier jour des manifestations, il avait remplacé six ministres de son cabinet.

Mais ces mesures n'ont pas mis fin aux manifestations. Le sultanat d'Oman, situé dans le golfe Arabo-persique, est le dernier pays en date gagné par le vent de contestation qui souffle sur le monde arabo-musulman et qui pourrait continuer de s'étendre dans la région, avec des appels à manifester lancés au Koweït et en Arabie saoudite.

Oman partage avec l'Iran le contrôle du détroit d'Ormuz, à l'embouchure du golfe, la route qu'empruntent environ 40% des pétroliers du monde. Le sultanat joue également un rôle important de médiateur entre l'Iran et l'Occident du fait de ses liens forts avec Téhéran et Washington.

(ap)