Bahreïn

13 mars 2011 11:40; Act: 13.03.2011 16:24 Print

Tirs de gaz lacrymogènes à Manama

La police bahreïnie a lancé des grenades lacrymogènes dimanche sur les protestataires retranchés dans le centre de Manama, ont raconté des témoins.

storybild

Les manifestants ont été dispersés à coups de gaz lacrymogènes. (Photo: Reuters)

Sur ce sujet
Une faute?

Les manifestants bahreïnis ont été la cible de tirs de gaz lacrymogènes de la part des forces de l'ordre.

Plus tôt dans la journée, ces mêmes forces avaient dispersé des manifestants qui tentaient de bloquer l'accès au district financier.

Les policiers ont lancé les grenades lacrymogènes depuis un pont surplombant la place de la Perle, avant de se retirer, ont précisé ces témoins. Des ambulances ont ensuite accouru pour évacuer les personnes intoxiquées qui ont été hospitalisées.

La police avait déjà dispersé à coups de grenades lacrymogènes des manifestants qui s'étaient rassemblés tôt le matin devant le district financier de Manama. Les contestataires, quelque 350 selon le ministère, tentaient de bloquer l'accès au district financier en formant une chaîne humaine. Il ont aussi dressé des tentes qui ont été démantelées par les policiers.

Quatorze policiers ont été blessés lors de heurts avec les manifestants, selon un bilan du ministère de l'Intérieur. Les protestataires, en majorité chiites, campent depuis le 19 février sur la place de la Perle pour réclamer des réformes dans ce petit Etat du Golfe gouverné par une dynastie sunnite.

L'aile dure de l'opposition chiite a appelé au cours des derniers jours à plusieurs manifestations à Bahreïn, où la tension confessionnelle est vive. Des manifestants avaient tenté vendredi de marcher sur un palais royal à Manama mais avaient été bloqués par des forces de la police qui avaient lancé des gaz lacrymogènes.

Les manifestations ont commencé le 14 février à Bahreïn, petit royaume du Golfe, dont la population locale est constituée en majorité de chiites et qui est gouverné par une dynastie sunnite.

(ats)