Répression

12 décembre 2011 21:51; Act: 12.12.2011 21:51 Print

Le bilan en Syrie s'alourdit à plus de 5000 morts

«Probablement plus» de 5000 personnes ont été tuées dans la répression des manifestations en Syrie, selon une nouvelle estimation donnée lundi par la haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, devant le Conseil de sécurité.

Sur ce sujet
Une faute?

Mme Pillay a donné ce bilan devant le Conseil de sécurité, selon des diplomates qui ont assisté à la réunion. Dans le texte de son discours dont l'AFP avait pris connaissance peu de temps auparavant, la responsable onusienne parlait encore de «près de» 5000 morts.

L'ONU a des informations selon lesquelles plus de 200 personnes ont été tuées depuis le 2 décembre par les forces du président Bachar al-Assad. Avec les morts de ce week-end, «mon estimation est que le nombre total de personnes tuées depuis le début des manifestations est maintenant proche de 5000. Cette situation est intolérable», a-t-elle dit, citée par ces diplomates.

Le dernier bilan de l'ONU était jusque-là de plus de 4000 morts, tués par les forces de sécurité syriennes depuis le début des manifestations. M. Assad, interrogé sur ce bilan la semaine dernière, a mis en doute la crédibilité de l'ONU.

Mme Pillay s'exprimait devant le Conseil de sécurité à propos des événements en Syrie, répondant ainsi aux voeux de la France, de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne.

Dans ce contexte, le chef de la diplomatie allemande Guido Westerwelle a estimé qu'il était temps pour le Conseil de sécurité de l'ONU de condamner la répression sanglante des manifestations en Syrie et pour la communauté internationale de trouver un langage commun.

«Je pense qu'il est nécessaire pour les pays au Conseil de sécurité qui hésitent encore de changer d'avis. Je suis réellement choqué par ce que j'ai entendu des atrocités en Syrie», a-t-il déclaré après avoir rencontré Mme Pillay à New York.

Le Conseil de sécurité n'arrive pas à se mettre d'accord sur une résolution qui condamnerait la répression en Syrie. Un double veto russo-chinois a torpillé le 4 octobre un projet de résolution en ce sens.

(afp)