Avoirs de Moubarak

18 février 2011 20:30; Act: 18.02.2011 21:26 Print

Des «dizaines de millions» bloqués en Suisse

Des fonds appartenant à l'ancien président égyptien Hosni Moubarak ont été retrouvés en Suisse depuis le gel des avoirs décrété par le Conseil fédéral vendredi passé.

Voir le diaporama en grand »
20.06 L'ancien président égyptien a été déclaré cliniquement mort, mardi soir. Quelques heures après, des officiels égyptiens ont assuré qu'il se trouvait dans le coma à l'hôpital militaire de Maadi, un quartier chic du sud du Caire. 19.06 L'ancien président égyptien Hosni Moubarak est dans un état de mort cérébrale, a indiqué mardi soir l'agence officielle Mena. Quelques heures auparavant, l'ancien raïs avait subi une défibrillation après une crise cardiaque et une attaque cérébrale. 17.01 Les plaidoiries de la défense ont commencé mardi. Elles dureront cinq jours. 05.01 Le procureur en charge du procès de l'ex dictateur Hosni Moubarak a requis jeudi la peine capitale contre l'ancien homme fort de l'Egypte. 02.06 Il a été interné dans l'aile médicalisée de la prison de Tora depuis qu'une peine de réclusion à perpétuité a été prononcée contre lui le 2 juin pour son rôle dans la mort de centaines de manifestants. 04.01 Après un nouvel ajournement, une audience a eu lieu. Le procureur estime avoir des preuves de l'implication d'Hosni Moubarak dans le meurtre de manifestants. 30.10 La reprise du procès a été reportée au 28 décembre. 03.08 Hosni Mouibarak a assisté à son procès sur une civière dans le box des accusés. L'ex-président égyptien Hosni Moubarak, accusé de corruption et d'être impliqué dans le meurtre de manifestants, a plaidé non coupable mercredi matin devant le tribunal pénal du Caire. Durant trente ans, Hosni Moubarak a régné d'une main de fer sur l'Egypte. Moubarak (à gauche) a succédé à Anouar el-Sadate (à droite), après la mort de ce dernier en octobre 1981. Le 14 octobre 1981, le nouveau président Hosni Moubarak a prêté serment au Parlement égyptien du Caire. Moubarak était un partenaire important pour les USA (le président Bill Clinton au centre) et Israël (Yitzhak Rabin à gauche), pour la paix au Proche-Orient. Moubarak (à droite) serre la main du leader palestinien Yasser Arafat, lors d'une rencontre à la Maison-Blanche en septembre 1995. Moubarak avec le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi en octobre 1989, alors que les relations entre l'Egypte et le monde arabe sont perturbées par le traité de Camp David. Rencontre avec le dictateur irakien Saddam Hussein en mars 1985. A gauche se trouve le roi Hussein de Jordanie. Moubarak a côtoyé beaucoup de présidents américains. Il pose ici devant Ronald Reagan à Washington, en février 1982. Avec George Bush en 1989. Avec George W. Bush en 2003. Rencontre avec Barack Obama en 2010.

Sur ce sujet
Une faute?

Le montant des avoirs s'élève à «plusieurs dizaines de millions de francs», a indiqué vendredi soir à l'ATS Adrian Sollberger, porte-parole du DFAE.

«Diverses annonces (en provenance d'intermédiaires financiers ndlr) sont arrivées, en lien avec l'ordonnance» instituant le blocage des avoirs d'Hosni Moubarak et de son entourage, a précisé le Département fédéral des Affaires étrangères. Les services de Micheline Calmy-Rey ont indiqué ne pas pouvoir donner de plus amples informations sur les fonds bloqués.

La Suisse avait agi avec célérité, en bloquant, une demi-heure après le départ d'Hosni Moubarak, les fonds éventuels que le président égyptien posséderait en Suisse. Le Conseil fédéral entendait éviter ainsi tout risque de détournement d'avoirs appartenant à l'Etat égyptien.

Outre le raïs, les mesures de coercition s'appliquent à onze personnes. Il s'agit de l'épouse d'Hosni Moubarak, Suzanne Thabet, du frère de celle-ci, de leurs deux fils Alaa et Gamal et de leurs épouses, ainsi que de quatre anciens ministres et de l'ancien secrétaire du parti au pouvoir, le Parti national démocratique.

«Le but de cette décision est double», avait précisé vendredi passé la présidente de la Confédération Micheline Calmy-Rey: «inciter l'Etat concerné à formuler une demande d'entraide judiciaire» et «éviter tout transfert de fonds». L'ordonnance prévoit également le gel des éventuels biens immobiliers et de luxe afin d'éviter qu'ils ne soient vendus.

Selon la Banque nationale suisse (BNS), les avoirs égyptiens dans les banques suisses atteignaient 3,6 milliards de francs fin 2009, dont 1,2 milliard au titre d'opérations fiduciaires. Au niveau mondial, les biens de l'ex-président ont été évalués à 70 milliards.

(ats)