Ukraine - Interpol

12 janvier 2015 15:30; Act: 12.01.2015 18:26 Print

«Notice rouge» pour trouver le président déchu

L'ancien président ukrainien Viktor Ianoukovitch est recherché par Interpol pour détournement de fonds et malversations financières.

Voir le diaporama en grand »

Sur ce sujet
Une faute?

L'ex-président ukrainien Viktor Ianoukovitch est recherché par Interpol pour détournement de fonds et malversations financières, selon une «notice rouge» consultable lundi sur le site de l'organisation internationale de police basée à Lyon.

L'ancien chef de l'Etat avait été renversé à la suite de plusieurs semaines de grandes manifestations en février 2014.

Moscou, où s'est réfugié Viktor Ianoukovitch après avoir fui Kiev sous la pression de la rue, refuserait vraisemblablement d'extrader l'ancien président, révèle l'agence de presse russe Interfax, citant une source au fait du dossier.

«Aujourd'hui, plusieurs mois après que l'Ukraine a adressé une requête à Interpol, en mars 2014, avec des arguments et des explications préparés par le ministère de l'Intérieur, le bureau du procureur général et le service de sécurité d'Ukraine, une commission spéciale d'Interpol en est arrivée à cette décision», a commenté le ministre ukrainien de l'Intérieur Arsen Avakov sur un réseau social.

Selon lui, Interpol a également diffusé des avis de recherche dans ses 190 pays membres à l'encontre d'Olexandre Ianoukovitch (fils), Mykola Azarov (ex-Premier ministre), Raïssa Bogatyreva (ex-vice-Premier ministre), Iouri Kolobov (ex-ministre des Finances) et Gueorgui Dzekon (groupe Ukrtelecom).

Autres fiches

Les «notices rouges» visant M. Kolobov, 41 ans, et M. Dzekon, 51 ans, concernent des faits similaires à ceux reprochés à Viktor Ianoukovitch. Les autres fiches n'étaient pas encore visibles ou détaillées sur le site d'Interpol vers 16h00. Selon M. Avakov, la coopération de l'Ukraine avec Interpol continue pour d'autres personnes accusées dans ce pays.

Les autorités de Kiev accusent Viktor Ianoukovitch d'avoir accumulé une énorme fortune, pour lui et son cercle rapproché, en puisant dans les coffres de l'Etat. De son côté, l'ancien président de 64 ans dément que lui-même ou des membres de sa famille soient impliqués dans des affaires de corruption.

(ats/afp)