Crash en Ukraine

26 juillet 2014 12:40; Act: 26.07.2014 16:08 Print

Ils pillent régulièrement le lieu du drame

Une jeune femme inspire colère et indignation en Russie et en Ukraine, après s’être vantée sur Internet d’utiliser des affaires ayant appartenu aux victimes du crash de la Malaysia Airlines.

storybild

La jeune femme a utilisé le maquillage avant d'en publier le résultat sur Instagram (Photo: CEN)

Sur ce sujet
Une faute?

A l’ère des réseaux sociaux, les dérapages virtuels passent rarement inaperçus. Ekaterina Parkhomenko en a fait l’expérience.

Domiciliée à Torez, près de l’endroit où les débris de l’avion de la Malaysia Airlines jonchent le sol, la jeune femme a posté une photo d’un mascara sur Instagram, avec la légende: «Mascara qui vient d’Amsterdam, ou plus précisément, qui vient du champ. Vous comprenez ce que je veux dire.» Face aux questions des internautes, elle a ensuite expliqué qu’il s’agissait d’un cadeau d’un de ses «amis» qui l’aurait «volé».

Rapidement, la jeune femme a reçu des centaines de messages d’insultes et de réactions virulentes de la part de blogueurs indignés, qui ont condamné son insouciance et son manque de respect. Ekaterina a fini par supprimer les photos en question, non sans préciser être une «séparatiste qui déteste tout ce qui est ukrainien».

Mais le cas de cette dernière n’est pas isolé. D’après Igor Strelkov, un commandant des rebelles, les cadavres ont été pillés par les pro-Russes sur le lieu du drame, régulièrement visité par les habitants des villes alentours.

Un blog, qui relate les événements liés à la crise ukrainienne, dénonce les mêmes faits. Les parents des victimes se plaindraient aux médias, affirmant que lorsqu’ils appellent le numéro de leurs proches disparus, des voix inconnues répondent. Des pilleurs se seraient également emparés des cartes de crédit des victimes, qu’ils auraient essayé d’utiliser, avant que les banques ne les annulent.

Le lieu de la catastrophe, censé être surveillé, serait régulièrement visité par des voleurs.

(ade)