Ukraine

18 novembre 2014 20:27; Act: 18.11.2014 21:10 Print

Steinmeier «pas optimiste» sur une sortie de crise

Le chef de la diplomatie allemande a appelé mardi à donner une «nouvelle impulsion» au règlement pacifique du conflit opposant les forces ukrainiennes aux séparatistes prorusses.

Sur ce sujet
Une faute?

«Il n'y a pas de fondement pour l'optimisme dans la situation actuelle», a déclaré Frank-Walter Steinmeier , lors d'une conférence de presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov. Il a, dans ce contexte, appelé à surtout ne pas abandonner l'accord de Minsk du 5 septembre sur un cessez-le-feu en Ukraine, qui devient de plus en plus moribond.

«Même s'il y a des raisons de se dire que les obligations les plus importantes n'ont pas été remplies, l'abandon de ce document serait toutefois une grande perte», a souligné M. Steinmeier. «Nous devons maintenant faire un effort, même s'il s'agit d'un effort immense, de donner une nouvelle impulsion» aux négociations visant à trouver un règlement du conflit ukrainien, a-t-il ajouté.

«Les accords de Minsk ne sont pas parfaits, mais c'est la seule chose qui a été soutenue par tous les acteurs clé: l'Union européenne, les Etats-Unis, les parties du conflit ukrainien et la Russie», a déclaré pour sa part M. Lavrov.

«Si nous sommes sincères, faisons respecter ces accords», a-t-il lancé, en soulignant que «la tâche la plus importante actuellement est la poursuite d'un dialogue direct stable» entre Kiev et les rebelles prorusses.

Ligne de démarcations floue

Le ministre russe a par ailleurs estimé qu'il était difficile d'établir une ligne de démarcation - une condition importante pour l'instauration définitive du cessez-le-feu - entre les positions des forces régulières ukrainiennes et celles des rebelles qui n'occupent qu'une partie des régions de Donetsk et de Lougansk, dans l'est de l'Ukraine.

«Il y a des villages qu'il faut placer de l'un ou de l'autre côté de la ligne de partage. Ce n'est pas facile (...), car il a des gens qui veulent vivre sous protection des bataillons de volontaires et il y en a d'autres qui ne veulent pas voir leur vie contrôlée par ces bataillons», a déclaré le ministre russe.

(ats)