Ukraine

25 mars 2015 15:34; Act: 25.03.2015 15:44 Print

Arrestations en pleine réunion du gouvernement

Deux hauts responsables du service ukrainien des situations d'urgence ont été interpellés pour corruption, mercredi, pendant la réunion du gouvernement.

storybild

Les deux dirigeants ont été arrêtés sous les objectifs des photographes. (Photo: AFP)

Sur ce sujet
Une faute?

Le directeur du service d'État pour les situations d'urgence, Serguiï Botchkovski, et son adjoint, Vassyl Stoïetski, ont été menottés et arrêtés sous l’œil de nombreux journalistes durant la réunion. Ils sont accusés d'avoir effectué des achats publics «à des prix beaucoup plus élevés» que le prix du marché, y compris auprès du géant pétrolier russe Loukoïl, selon la police.

Ces achats publics de carburant ont également été effectués auprès du groupe d'hydrocarbures russe Alliance et «d'autres entreprises». Le gouvernement pro-occidental ukrainien, arrivé au pouvoir après la chute du régime de l'ex-président pro-russe Viktor Ianoukovitch, a annoncé vouloir faire de la lutte contre la corruption, qui gangrène l'Ukraine depuis des années, une de ses priorités.

Présent lors de la réunion, le ministre de l'Intérieur, Arsen Avakov, a dès lors justifié ces arrestations publiques, fait inédit en Ukraine. «Je n'enfreins pas le secret de l'enquête mais je mène une enquête publique», a-t-il dit. «Ce n'est pas un spectacle (...) Je pense que c'est un vaccin et il faut que cela soit public», a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, Arseni Iatseniouk, a lui aussi justifié cette démonstration de force. «Lorsque le pays est en guerre, tous les kopecks comptent. Or, ils volent les gens et le pays. Cela arrivera à tous ceux qui enfreignent la loi et se moquent de l'État ukrainien», a-t-il déclaré. Ces arrestations publiques ont immédiatement provoqué de nombreuses réactions y compris en Russie. «À Kiev, on arrête pour corruption dans les achats publics en pleine réunion du gouvernement.


Le Fonds de lutte contre la corruption est prêt à remettre tous les documents pour l'arrestation de 90% des ministres russes», a commenté l'opposant russe Alexeï Navalny, sur son comte Twitter.

(afp)