Crise en Ukraine

24 janvier 2015 23:21; Act: 24.01.2015 23:31 Print

Le bombardement de Marioupol filmé par un civil

Un conducteur a enregistré une vidéo du moment où une roquette a touché un secteur résidentiel à Marioupol (est de l'Ukraine). Le bombardement a fait 30 morts.

Sur ce sujet
Une faute?

Les séparatistes prorusses ont annoncé avoir lancé une offensive contre le port stratégique de Marioupol, dernière grande ville de l'Est ukrainien sous contrôle de Kiev, où trente civils au moins ont péri samedi alors que la pression internationale contre Moscou, accusé de soutenir les rebelles, monte.

«L'offensive sur Marioupol a débuté aujourd'hui», a déclaré le dirigeant de la république autoproclamée de Donetsk, Alexandre Zakhartchenko, tout en assurant qu'il n'y aurait «pas d'assaut».

La conquête de cette ville industrielle d'un demi-million d'habitants créerait un pont terrestre entre la Russie et la Crimée, annexée en mars mais très dépendante de Kiev pour ses approvisionnements en eau, électricité et produits alimentaires.

M. Zakhartchenko a nié la responsabilité des rebelles dans les bombardements au lance-roquettes dans la matinée dans un quartier densément peuplé en accusant les forces de Kiev.

Mais, après analyse des impacts, des observateurs de l'OSCE ont conclu que les roquettes provenaient de deux localités contrôlées par les séparatistes. Elles sont tombées à 400 mètres d'un barrage de l'armée ukrainienne, selon eux.

Le président ukrainien Petro Porochenko a dénoncé un «acte terroriste» et un «crime contre l'humanité» et promis que son pays allait se battre jusqu'à la «victoire totale» contre les séparatistes. Il a écourté sa visite en Arabie Saoudite, pour les obsèques du roi Abdallah, pour présider dimanche une réunion extraordinaire du Conseil de sécurité nationale et de défense.

Celle-ci est convoquée «pour mettre en oeuvre des mesures supplémentaires compte tenu d'une brusque dégradation de la situation dans l'Est», selon la présidence.

Selon la représentante de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, cette escalade va «inévitablement provoquer une grave détérioration des relations entre l'UE et la Russie», déjà lourdement frappée par les sanctions européennes et américaines, Moscou démentant toute implication dans le conflit.

(20 minutes/afp)