Jura - votations

29 octobre 2013 06:19; Act: 29.10.2013 07:15 Print

Le non se renforce dans le Jura bernois

Les habitants du Jura bernois sont de plus en plus nombreux à s'opposer à la création d'un nouveau canton.

storybild

Dans le Jura bernois, les habitants de Moutier sont plutôt favorables à un nouveau canton. (Photo: Keystone)

Sur ce sujet
Une faute?

Le non au lancement du processus de création d'un nouveau canton se renforce dans le Jura bernois. Par rapport à un sondage similaire paru en juin, la part du oui stagne à 24% alors que celle des opposants bondit de 49% à 60%. En ville de Moutier, le résultat est quasi inversé.

A moins d'un mois du vote sur la Question jurassienne, la part des indécis s'est quasiment réduite de moitié, passant de 19% à 9%. Et tous ceux qui se sont forgé une opinion entre le sondage réalisé durant la seconde quinzaine de mai et celui mené en septembre/octobre sont passés dans le camp du maintien du Jura bernois dans le canton de Berne.

Le 24 novembre, les citoyens du canton du Jura et du Jura bernois se rendront simultanément aux urnes pour dire s'ils autorisent leurs gouvernements respectifs à entamer un processus visant à la création d'un nouveau canton. Cela passerait par la mise en place d'une assemblée constituante, puis un nouveau vote sur le projet qu'elle aurait établi.

Les proportions sont assez proches s'agissant de la question de la création proprement dite d'un nouveau canton. Si les Jurassiens bernois devaient voter aujourd'hui, seuls 23% y seraient favorables ( 1 point par rapport au sondage de mai) contre 62% ( 9) à soutenir le statu quo dans le canton de Berne.

Pour cette question également, le nombre d'indécis a fondu de moitié, passant de 17% à 9%, selon un sondage auprès de 1000 citoyens des trois districts du Jura bernois réalisé par l'institut Demoscope et publié mardi par les médias du groupe biennois Gassmann («Journal du Jura», «Bieler Tagblatt», Canal 3 et TeleBielingue).

Le «sonderfall» prévôtois

Aux deux questions, la ville de Moutier prend le contre-pied du reste du Jura bernois. Le lancement du processus de création d'un nouveau canton réunissant l'actuel canton du Jura et le Jura bernois est soutenu par 57% des Prévôtois, contre 28% qui y sont opposés, 8% se déclarant indécis.

La création directement d'un nouveau canton trouve également une majorité dans la principale ville du Jura bernois, mais plus ténue. Ils étaient 51% à y être favorables, contre 32% et 9% d'indécis, selon ce 2e sondage.

Les attaches partisanes jouent un rôle non négligeable. Alors que le processus en vue de la création d'un nouveau canton recueille une confortable majorité auprès des citoyens se réclamant du camp rose-vert (55% de oui contre 34% de non et 7% d'indécis), il est clairement rejeté parmi les électeurs bourgeois (83% de non et 12% de oui, 3% étant indécis).

Question d'âge

Le deuxième sondage confirme aussi, en les renforçant, les résultats en fonction de l'âge des votants. Ainsi plus ceux-ci sont âgés et plus ils expriment une certaine bienveillance à l'égard de l'idée séparatiste.

Les 18-34 ans, qui n'ont pas connu les années dites de braises, sont 69% (53% en mai) à rejeter le processus de création d'un nouveau canton. Les 35-54 ans sont encore 60% (50% en mai) à s'y opposer, alors que les plus de 55 ans s'expriment à 56% (45% en mai) contre cet objectif.

Ce nouveau sondage montre en outre que pratiquement plus aucun citoyen du Jura bernois n'ignore l'objet du vote régional du 24 novembre. Nonante-huit pourcent disent avoir connaissance du projet, soit 2 points de plus qu'il y a cinq mois, ce taux atteignant même 99% à Moutier.

Forte participation attendue

Le taux de participation s'annonce élevé. Alors qu'ils étaient 77%, en mai, à se déclarer certains de voter, cette part a passé à 85%, et même à 90% à Moutier.

Si le 24 novembre l'une des deux populations refuse de lancer le processus qui doit mener à la création d'une nouvelle entité formée du Jura et du Jura bernois, l'idée d'un nouveau canton sera alors abandonnée. La Question jurassienne sera considérée comme politiquement réglée.

(ats)