Jugement à Londres

07 février 2011 11:38; Act: 07.02.2011 11:48 Print

Assange devant la justice pour son extradition

Julian Assange est arrivé lundi matin au palais de justice de Belmarsh qui doit examiner pendant 48 heures la demande d'extradition du fondateur de WikiLeaks.

storybild

Julian Assange est poursuivi pour agression sexuelle. (Photo: epa)

Sur ce sujet
Une faute?

Vêtu d'un duffle coat gris, l'Australien, âgé de 39 ans, qui en est à sa cinquième comparution devant la justice britannique depuis son arrestation le 7 décembre à Londres, est arrivé vers 9h15 en voiture en compagnie de ses avocats. Il a salué d'un petit geste de la main la presse massée autour du palais de justice, sans faire de déclaration.

Mais son avocat britannique, Mark Stephens, a annoncé qu'il publierait dès le début de l'audience sur l'internet l'ensemble des arguments de la défense d'Assange, un geste exceptionnel. Assange nie farouchement les accusations d'agression sexuelle formulées contre lui par deux jeunes femmes en Suède.

«Nous mettrons en ligne à 10h00, sur la page d'accueil de mon cabinet, les arguments de la défense. Vous y trouverez des éléments remettant fondamentalement en cause le bien-fondé du mandat d'arrêt européen», a expliqué le défenseur au quotidien «The Telegraph».

Risque de peine de mort

Les avocats de M. Assange s'opposent à son extradition vers la Suède, estimant notamment qu'il y a un risque que leur client soit ensuite envoyé aux Etats-Unis, où, selon eux, il risque la peine de mort.

Ils comptent également mettre en avant le fait que le mandat d'arrêt n'est pas recevable dans la mesure où Julian Assange n'a pas été inculpé et que la justice suédoise veut simplement l'entendre.

Cette affaire est indépendante des remous provoqués par la publication par WikiLeaks de milliers de documents officiels, fort embarrassante pour de nombreux gouvernements.

La décision du juge, qui doit se prononcer sur l'extradition de M. Assange, sera importante, mais probablement pas décisive. En cas de feu vert à l'extradition, l'Australien disposerait de nombreuses possibilités de recours.

(ats)