WikiLeaks

12 février 2011 23:09; Act: 12.02.2011 23:09 Print

Les «swiss papers» en mains du «Temps»

Le quotidien «Le Temps» a annoncé samedi avoir obtenu du site WikiLeaks la totalité des câbles diplomatiques américains concernant la Suisse.

Une faute?

«Le Temps» annonce dans son édition de samedi avoir obtenu du site WikiLeaks la totalité des câbles diplomatiques concernant la Suisse et les avoir partagés avec la «Neue Zurcher Zeitung». Il s'agirait au total de 5814 documents.

Ceux-ci éclairent les relations entre la Suisse et les Etats-Unis et contiennent les appréciations de diplomates américains concernant la politique helvétique. La plupart ont été envoyés dans les dix dernières années.

Selon «Le Temps», ces document comprennent tous les messages envoyés à Washington de l'ambassade des Etats-Unis à Berne (255) et de la mission américaine auprès de l'ONU à Genève (432), ainsi que tous ceux qui contiennent les mots «swiss» ou «Switzerland».

Les rédactions des deux quotidiens entendent analyser leur contenu au cours des prochains jours. Il publieront les câbles originaux «au fur et à mesure de leur travail journalistique, afin d'éclairer un versant de l'Histoire suisse contemporaine», précise «Le Temps».

Eclairage parfois peu flatteur

WikiLeaks n'avait d'abord livré ses documents qu'aux grands titres de la presse mondiale comme le «New York Times» ou le «Spiegel». Ces derniers ont entamé fin novembre la publication d'articles concernant ces documents, au nombre de 250'000, qui éclairent parfois sous un jour peu flatteur la diplomatie américaine et ses alliés.

D'autres journaux sont entre-temps montés dans le train. Environ 500 dépêches émanant des représentations américaines à Berne et Genève ont en outre pu être visionnées par Radio Basel et la rédaction du «Spiegel». Quelques documents en relation avec la Suisse ont également été publiés sur le site même de WikiLeaks.

Le câble publié par le quotidien norvégien «Aftenposten» établissant un lien entre l'accord avec les Etats-Unis dans l'affaire UBS et l'accueil en Suisse de deux ex-prisonniers ouïghours de Guantanamo a déjà suscité l'émoi du Conseil fédéral. Comme les révélations sur l'isolement des diplomates suisses à Tripoli durant la crise des otages entre la Libye et la Suisse.

(ats)