Crise

08 janvier 2009 16:03; Act: 08.01.2009 16:11 Print

Merkel, Sarkozy et Blair appellent à une gouvernance mondiale

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy ont présenté jeudi avec l'ex-Premier ministre britannique Tony Blair, un front commun pour demander un nouvel ordre économique mondial.

storybild

(Photo: Reuters)

Une faute?

Réunis en colloque à Paris, ils ont enjoint Washington de s'unir pleinement à leurs efforts.

Le président français a estimé que les Etats-Unis ne pouvaient plus prétendre imposer seuls leur volonté. La chancelière allemande a pour sa part proposé la création d'un "conseil économique" à côté du Conseil de sécurité de l'ONU.

Les deux dirigeants, que l'on a souvent dit en désaccord sur la gestion de la crise financière internationale à l'automne dernier, ouvraient le colloque "Nouveau monde, nouveau capitalisme" organisé à Paris par le gouvernement français.

Ils ont l'un et l'autre insisté sur la nécessité pour le prochain sommet du G20, le 2 avril à Londres, de prendre des décisions en matière de réforme du système financier mondial afin de conjurer le risque de voir le capitalisme retomber dans ses dérives une fois la crise passée.

Les mesures prises jusqu'ici par les Etats pour empêcher un effondrement total du système bancaire et financier mondial ne sont que des "mesures d'urgence", a souligné Angela Merkel, qui a souhaité des "mesures permanentes".

Refonder le capitalisme

Elle a ainsi appelé de ses voeux la mise sur pied sur le plan économique d'un système comparable à ce qui a été fait sur le plan politique au lendemain de la Seconde guerre mondiale avec la création du Conseil de sécurité de l'ONU.

"Il est possible qu'en dehors du Conseil de sécurité, on ait également un Conseil économique qui fasse autre chose que l'ECOSOC", le Conseil économique et social des Nations unies qui "passe des mois, des années à rédiger certaines expertises", a déclaré Mme Merkel dans son discours.

Mme Merkel s'est également prononcée pour l'établissement d'une "charte pour une économie à long terme raisonnable" à l'image de la charte des Nations unies sur les droits de l'homme.

Remaniement du système "inévitable"

M. Blair, co-organisateur du colloque qui accueille notamment le président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet et le directeur général de l'Organisation mondiale du Commerce Pascal Lamy, s'est lui aussi prononcé pour l'établissement d'un système de "gouvernance" mondiale de l'économie.

Il a jugé "inévitable" une "refondation du système de supervision internationale" comme la Banque mondiale et le FMI, "institutions internationales du 20e siècle gouvernant un monde du 21e siècle".

Mme Merkel, MM. Blair et Sarkozy ont tous trois souligné la nécessité que les Etats-Unis, réticents jusqu'à présent à l'idée d'une régulation renforcée, s'associent pleinement à ces efforts.

(ats)