Banques Genève

03 mars 2011 15:38; Act: 03.03.2011 18:32 Print

Barclays Wealth renforce ses activités

Barclays Wealth, la division de gestion de fortune du géant bancaire britannique, renforce ses activités à Genève.

storybild

«La Suisse offre un environnement stable, avec une énorme expertise dans le domaine bancaire», selon la banque. (Photo: dr)

Une faute?

La banque vient d'inaugurer un nouveau siège pour regrouper ses 416 employés et prévoit de doubler ses effectifs d'ici cinq ans.

«Genève et la Suisse offrent d'excellentes conditions-cadre» a affirmé jeudi à un petit groupe de journalistes Emmanuel Fievet, directeur pour l'Europe et le Moyen-Orient à Barclays Wealth.

Tirant les leçons de la crise financière, les grosses fortunes cherchent à diversifier la répartition de leur portefeuille pour réduire les risques, a-t-il expliqué. Plus il y a de crises dans le monde, plus la Suisse apparaît comme un Îlot privilégié de stabilité, a-t-il indiqué.

Pôle incontournable

«La Suisse offre un environnement stable, avec une énorme expertise dans le domaine bancaire, une grande qualité dans les services, une position géographique centrale», a renchéri Patrick Ramsey, directeur pour la Suisse.

«Genève est un pôle international incontournable aux côtés de Londres, New York et Singapour», a-t-il affirmé. Les quatre centres de Barclays Wealth gèrent 164 milliards de fortune en livres sterlings (248 milliards de francs).

Cette division prévoit de passer d'un effectif de 750 personnes à 1500 au cours des prochaines années. L'extension se heurte avant tout à la difficulté de trouver les compétences nécessaires, a indiqué Emmanuel Fievet.

Patrick Ramsey refuse de dévoiler le coût du nouveau siège ultra- moderne installé à Grange-Canal (GE), dans les murs d'une ancienne fabrique de tabac, tout en concédant «un investissement conséquent».

Secret bancaire

Interrogé sur les remous sur le secret bancaire, Emmanuel Fievet a affirmé ne pas avoir décelé un impact sur la clientèle de la banque. «La Suisse a compris qu'il faut s'adapter. Cela n'a pas nui à la confiance des clients», a-t-il déclaré.

«La confidentialité, la stabilité, l'expertise internationale sont des facteurs plus importants», a-t-il ajouté.

Le banquier voit aussi d'un bon oeil la réaction rapide des autorités suisses sur le gel des fonds Ben Ali, Moubarak et Kadhafi. «Les autorités suisses ont compris que le monde change et qu'il ne faut pas être les derniers à réagir», a-t-il relevé.

Risques limités

Vice-président de Barclays Wealth, Henk Potts relative les risques liés à la crise au Moyen-Orient. Le pétrole libyen ne représente que 2% de l'approvisionnement mondial, a-t-il souligné.

Le prix du baril devrait se stabiliser autour des 90 dollars sur l'année, selon lui. Les troubles au Moyen-Orient ne remettent pour l'instant pas en question la reprise économique mondiale, a estimé le représentant de la banque britannique. «Ce serait évidemment une tout autre histoire si l'Arabie saoudite était touchée», a noté Henk Potts.

(ats)