Chiffres noires

08 février 2011 06:53; Act: 08.02.2011 18:11 Print

Bénéfice de plus de 7 milliards pour UBS

UBS a renoué avec les chiffres noirs l'an dernier, pour la première fois sur un exercice entier depuis 2006. L'action est en hausse.

storybild

La banque suisse boucle dans les chiffres noirs. (Photo: Keystone)

Une faute?

Le numéro un bancaire helvétique a dégagé un bénéfice net de 7,16 milliards de francs, contre encore une perte de 2,74 milliards en 2009.

Au vu des 29 milliards de francs de pertes cumulés entre 2007 et 2009 au titre de la crise financière, puis du conflit fiscal avec les Etats-Unis, le redressement est spectaculaire. Toutefois, le patron dl'UBS, Oswald Grübel, s'est voulu prudent lors de la présentation des résultats 2010 mardi à Zurich.

La performance d'ensemble, qui a peu ou prou correspondu aux attentes des analystes, n'est pas entièrement satisfaisante, a noté M. Grübel. L'Allemand a expliqué que la banque devait encore s'améliorer cette année, notamment en réduisant les coûts, même si la tendance du marché est elle aux hausses de salaires.

Ainsi sur le seul 4e trimestre, le bénéfice net de l'établissement aux trois clefs a fléchi de près d'un quart (-23,5%) au regard des trois mois précédents à 1,29 milliard de francs. Détaillant la performance des divisions, le chef des finances, John Cryan a pointé du doigt l'unité de banque d'affaires, jugeant son résultat décevant.

Afflux de fonds confirmé

Investment Bank a certes renoué avec les profits, dégageant un bénéfice avant impôts de 75 millions de francs au 4e trimestre 2010, après une perte de 406 millions trois mois plus tôt. Cette activité a entre autres souffert d'une perte sur propre crédit de 509 millions, contre 387 millions au 3e trimestre.

Autre secteur à la peine, la gestion de fortune aux Amériques (Wealth Management Americas) a elle essuyé une perte avant impôts de 33 millions de francs. Celle-ci reflète notamment des provisions passées au titre de frais de justice.

Autre aspect très observé, l'afflux net d'argent frais a confirmé le retour à la confiance des clients d'UBS à l'égard de la banque. Il s'est monté à 7,1 milliards de francs entre octobre et décembre, contre 1,2 milliard trois mois plus tôt, un 3e trimestre qui avait marqué un retournement après des trimestres de fuites de capitaux.

Entre 2008 et 2009, plus de 373 milliards de francs avaient quitté la banque alors en difficulté. Le total des actifs investis s'élevait par ailleurs à fin décembre 2010 à 2152 milliards de francs, contre 2180 milliards à fin septembre.

Le montant occasionné par la valorisation du franc vis-à-vis du dollar et de l'euro a dépassé l'afflux net de capitaux. Ce dernier est surtout alimenté par des fonds en provenance d'Asie et de pays émergents, avec une bonne visibilité des super-riches. La clientèle nord-américaine tend également à revenir, alors que les Européens ont continué de retirer leurs fonds.

Moins de bonus

Sur l'ensemble de 2010, UBS doit certes encore composer avec une sortie nette de capitaux de 14,3 milliards de francs. Mais Oswald Grübel s'est voulu optimiste pour ces prochains mois, misant sur la poursuite d'un afflux d'argent et des preuves tangibles du retour à la confiance des clients.

UBS est en outre parvenue à renforcer sa base de capital, dans un contexte de régulation plus sévère. Le niveau de référence en matière de fonds propres BRI de catégorie 1 a gagné un point en l'espace de trois mois pour grimper à 17,7%, les actifs pondérés en fonction du risque ayant baissé de 5%.

En matière de bonus, UBS allouera 4,32 milliards au titre de l'exercice 2010, un montant inférieur de 10% à celui de l'année précédente. Une part de 1,55 milliard sera toutefois versée sur une période allant jusqu'à cinq ans, en conformité avec les directives de l'Autorité de surveillance des marchés financiers (FINMA).

Les effectifs arrêtés à la fin de l'an passé montraient la présence de 64'617 postes en équivalents plein temps à travers le monde, soit environ 600 de moins en un an. Un chiffre appelé à demeurer stable, UBS ne prévoyant pas d'embauche massive, a dit M. Cryan.

Les investisseurs ont réagi favorablement. À la Bourse suisse, l'action UBS a terminé la séance sur un bond de 4,29% à 18,25 francs, dans un marché SMI en hausse de 0,42%.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • ouin-ouin le 08.02.2011 12:47 Report dénoncer ce commentaire

    UBS Théatre Guignol

    Avant de payer des bonnus, ils pourront rembourser les contribuables qui ont sauvé la banque !

  • Jack le 08.02.2011 10:44 Report dénoncer ce commentaire

    Financements judicieux

    L'Etat a sauvé c't'équipe de requins, on ne pourrait pas exiger de prendre un pourcentage sur les bénéfices pour financer certaines choses comme la santée et les assurances sociales?Ces sous, ils en font quoi??Ils se les redistribuent et font progresser leure croissance, dans le but d'avoir toujours +, au lieu de régler bien des soucis...

  • yann le 09.02.2011 16:19 Report dénoncer ce commentaire

    disney land

    et voila article ubs + commentaire egale grand n importe quoi. mais vous croyez quoi ? si vous avez une belle vie en suisse c est bien par ce qu on est un pays qui magouille discretement a gauche et a droite. alors arretez de faire les vertueux au moindre article surtout qu entre les profiteur, les chomeur professionel, les AI bidon, les feignant a l hospice et les parasite en tout genre les employes de banque ne sont pas les pire magouilleur en suisse. et arreter de raler sur les banquier sous pretexte qu ils sont surpayer. fallait bosser a l ecole bande d anes.

Les derniers commentaires

  • yann le 09.02.2011 16:23 Report dénoncer ce commentaire

    suite

    mais en fait le probleme vient des bonus c est de la simple jalousie. les gens qui ralent sont uniqement jaloux. et d ailleurs ca change quoi a votre vie de savoir combien gagne un pdg dans une banque ? perso qu il gagne 3 chf ou 3 billiard par ans je m en fous pour les simples et bonnes raison. 1 s est pas mon pognon et je toucherai pas 1 cts dessus. 2 je bosses pas a lUBS. donc si la maojorite des gens s occupait simplement de leur cul au lieu de regarder envieux l assiette du voisin ca irai deja mieux et vous seriez moins aigris. ABE bonne nuit.

    • Duboix le 17.04.2011 14:41 Report dénoncer ce commentaire

      monsieur

      Enfin quelqu'un de lucide ! Y en a peu dans ce monde

  • yann le 09.02.2011 16:19 Report dénoncer ce commentaire

    disney land

    et voila article ubs + commentaire egale grand n importe quoi. mais vous croyez quoi ? si vous avez une belle vie en suisse c est bien par ce qu on est un pays qui magouille discretement a gauche et a droite. alors arretez de faire les vertueux au moindre article surtout qu entre les profiteur, les chomeur professionel, les AI bidon, les feignant a l hospice et les parasite en tout genre les employes de banque ne sont pas les pire magouilleur en suisse. et arreter de raler sur les banquier sous pretexte qu ils sont surpayer. fallait bosser a l ecole bande d anes.

  • réfléchir avant d'écrire! le 09.02.2011 15:11 Report dénoncer ce commentaire

    réponse 1/2

    @ Jules: les banques sont tenues depuis les années 70 de lutter contre le blanchiment d'argent ainsi que contre le financement du terrorisme, ce qui inclut l'argent "sale" (de facto acquis illégalement) provenant, entre autre, de dicateurs. Pour ce qui est de la fortue familiale des dirigeants, elle fait l'objet d'une surveillance accrue! Il n'y a donc pas d'argent "volé au peuple" qui a pu entrer dans nos banques depuis 1970... @ neu-neu: Les fonds qui ont permis de renflouer l'UBS lui ont été prêté contre un intérêt important. Cela donc au profit des contribuables!

  • dommage le 09.02.2011 03:30 Report dénoncer ce commentaire

    C'est bien triste

    C'est vraiment dommage qu'on n'aie pas laissé couler cette banque de magouilleurs.

  • con-tribuable le 09.02.2011 03:28 Report dénoncer ce commentaire

    Remboursez!

    Quand est-ce que l'UBS rachète les actifs toxiques revendus à la BNS (donc payés avec notre argent) ?