Banque Raiffeisen

04 mars 2011 07:01; Act: 04.03.2011 14:51 Print

Bénéfice en baisse, mais plus de clients

Le groupe Raiffeisen a continué sa croissance en 2010.

Une faute?

Raiffeisen a poursuivi sa croissance l'an passé, malgré un bénéfice net en repli. Fort de sa position de leader du marché hypothécaire, le numéro trois bancaire helvétique a attiré de nouveaux clients et augmenté ses fonds sous gestion. Le groupe veut étoffer son réseau en Suisse romande.

Sur l'année sous revue, le bénéfice net s'est inscrit à 627,2 millions de francs, soit 18,2 millions de moins qu'en 2009. Cette année-là, il avait été gonflé par la valorisation des participations dans l'assureur Helvetia et la banque Vontobel à hauteur de 71 millions, a précisé vendredi à Zurich Pierin Vincenz, le patron du groupe établi à St-Gall.

Corrigé de cet effet, le résultat net présente toutefois une hausse de 9,3% sur un an, soit une bonne performance, a nuancé M. Vincenz. Le bénéfice brut a quant à lui progressé de 7,4% à 952,5 millions de francs.

Malgré un environnement toujours difficile et marqué par une vive concurrence, le groupe Raiffeisen a une nouvelle fois tiré profit de son organisation en coopérative, a relevé M. Vincenz. Ce modèle d'affaires exempt d'actionnaires à rémunérer évite la course à la maximisation des profits et par conséquent de prises de risques élevées.

Les recettes ont globalement progressé de 2,9% à 2,42 milliards de francs. Principales sources de revenus des 393 caisses Raiffeisen que compte la coopérative, les opérations d'intérêts ont rapporté 2 milliards de francs, 2,6% de plus qu'en 2009. Le produit des opérations de commissions et de prestations de services a crû de 6,3% à 242 millions, alors que celui du négoce a imperceptiblement fléchi de 0,1% à 116 millions.

Expansion en Suisse romande

L'expansion des volumes est intervenue pratiquement sans générer de coûts supplémentaires. Si l'établissement a continué d'investir, notamment en étoffant son effectif de 1,1% à 9656 collaborateurs, les charges d'exploitation n'ont au total que modérément progressé, soit de 0,2% à 1,46 milliard de francs.

Raiffeisen a continué de séduire de nouveaux clients. A fin 2010, l'effectif de la clientèle s'établissait à 3,4 millions, soit 1,9% de plus qu'en 2009. Le nombre de sociétaires est, lui, passé à 1,7 million, en progression de 3,7% sur un an.

Après avoir étoffé son réseau de six nouvelles agences l'an passé, Raiffeisen prévoit l'ouverture de 16 succursales cette année, dont huit en Suisse romande. Le groupe vise notamment l'Arc jurassien avec des implantations prévues à Delémont, Moutier, La Neuveville, et La Chaux-de-Fonds. Des filiales ouvriront également à Bulle (FR), Ecublens(VD), Renens (VD) et Genève.

Le groupe va en parallèle poursuivre l'optimisation de son réseau avec la fermeture de quelques petites filiales au Tessin et en Valais notamment, a ajouté M. Vincenz. Dans ce dernier canton, plus de la moitié de la population est membre d'une coopérative.

Risques limités

L'an passé, les caisses ont enregistré un afflux d'argent frais, en particulier dans les régions urbaines et en Suisse romande. Les fonds de la clientèle ont affiché une croissance supérieure à celle du marché. Ceux-ci ont augmenté de 5,2% à 116,4 milliards de francs. Les actifs sous gestion se sont, eux, montés à 140,7 milliards ( 4,3%). Depuis 2000, ils ont quasiment doublé ( 97%).

Numéro un du marché hypothécaire avec une part de 15,7%, Raiffeisen a consolidé sa position l'an passé en octroyant de nouveaux prêts à hauteur de 9 milliards de francs. A fin 2010, les créances immobilières se montaient ainsi à 119,6 milliards, 8,1% de plus qu'en 2009.

Evoquant l'expansion de ces prêts, principalement destinés à la construction de logements privés, le chef des finances, Marcel Zoller, a noté que le portefeuille des crédits hypothécaires continue de présenter un faible potentiel de risques. Le segment dans lequel le groupe évolue présente un très faible niveau de défaillances.

Concernant l'année en cours, Raiffeisen table sur une nouvelle croissance de ses activité clefs. Le groupe entend également poursuivre sa diversification à d'autres secteurs, à savoir les affaires d'investissement ainsi que celles avec la clientèle commerciale.

(ats)