Nestle 2010

17 février 2011 07:19; Act: 17.02.2011 11:15 Print

Bénéfice net extraordinaire de 34,2 milliards

Nestlé a réalisé un bénéfice net extraordinaire de 34,2 milliards de francs l'an passé, contre 10,4 milliards en 2009.

Une faute?

Nestlé a dégagé l'an dernier un bénéfice net de 34,2 milliards de francs, dont 24,5 milliards proviennent de la vente de la participation restante dans Alcon. Le chiffre d'affaires du groupe alimentaire vaudois a lui augmenté de 2% pour s'inscrire à 109,7 milliards.

En 2009, Nestlé avait réalisé un bénéfice net de 10,4 milliards de francs. Hors l'élément exceptionnel constitué par la manne Alcon, issue du bouclement de la cession du fabricant de produits ophtalmologiques au groupe pharmaceutique bâlois Novartis, le résultat net ressort à 9,7 milliards.

Les 34,2 milliards de bénéfice net se situent dans le bas de la fourchette des attentes des analystes. Considéré à l'aune des seules activités poursuivies, le chiffre d'affaires s'affiche à 104,6 milliards ( 4%), pour une croissance organique de 6% (2009: 4,1%) et une croissance interne réelle de 4,4% ( 1,9%).

La force du franc suisse a laissé des traces avec un impact négatif de 3,8%, alors que les acquisitions nettes de cessions apportaient 1,8%, a indiqué jeudi Nestlé.

La croissance partout

Le bénéfice net des activités poursuivies (à savoir sans Alcon) ressort à 8,8 milliards de francs. Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) a légèrement dépassé les 14 milliards, pour une marge de 13,4% en hausse de 0,3 point par rapport à l'exercice précédent.

Tous les secteurs opérationnels du groupe ont connu une performance en hausse. A commencer par les capsules de café Nespresso, dont le chiffre d'affaires a enregistré une croissance organique supérieure à 20% pour s'inscrire pour la première fois au- delà des 3 milliards de francs, à 3,2 milliards.

Globalement, l'activité alimentation et boissons a réalisé des ventes de 103,7 milliards de francs, en augmentation de 5,9%. Dans le détail, l'unité Nutrition présente une progression de 6,7% à 10,4 milliards, alors que celui des eaux (Waters) renouait avec la croissance ( 4,4% à 9,1 milliards) après une période de baisse.

La zone Asie, Afrique et Océanie a de son côté signé une avancée de 8,7% à 17,4 milliards de francs. Les Amériques ( 5,9% à 34,3 milliards) et l'Europe ( 2,5% à 21,6 milliards) ont fait moins bien, tout en affichent une solide performance dans un contexte encore marqué par les effets de la crise économique de 2008-2009.

Confiance de mise

Côté perspectives, Nestlé devra une nouvelle fois composer cette année avec la volatilité du prix des matières premières. En intégrant cette contrainte, le numéro un mondial de l'alimentation s'estime néanmoins bien placé pour affronter un environnement qui demeure incertain.

S'appuyant sur sa dynamique, Nestlé a confirmé ses objectifs en se montrant confiant de pouvoir à nouveau inscrire une croissance organique de son chiffre d'affaires comprise entre 5 et 6%. Cet objectif constitue le modèle maison établi depuis des années, mais pas toujours concrétisé.

«En 2010, nous avons réalisé une nouvelle année de forte croissance en termes de croissance organique et de marges, surpassant le marché», a commenté le patron de Nestlé Paul Bulcke, cité dans le communiqué diffusé avant la conférence de presse de bilan à Vevey (VD).

Fort de son bénéfice net extraordinaire, le groupe continue à soigner ses actionnaires. Après avoir perçu 15,5 milliards de francs en 2010, y compris avec les programmes géants de rachat d'actions, ceux-ci profiteront d'un dividende au titre de l'exercice écoulé en hausse de 15,6% à 1,85 franc par action.

En publiant des chiffres solides et globalement conformes aux attentes des analystes, l'action Nestlé a réagi positivement à la Bourse suisse. Vers 10h45, elle s'appréciait de 1,5% à 53,25 francs, après avoir pris 2,5% à l'ouverture, dans un marché (SMI) en baisse.

(ats)