Promotion économique

31 mars 2011 19:10; Act: 31.03.2011 19:20 Print

Bilan mitigé du Greater Geneva Berne area

Avec un budget de 4,13 millions de francs, la promotion économique de six cantons de Suisse occidentale a permis l'implantation de 54 sociétés.

storybild

Jean-Charles Magnin, directeur général du département des affaires régionales de l'économie et de la santé, (GE), Philippe D. Monnier, directeur général GGBa, Jean-Michel Cina, Conseiller d'Etat, VS, Jean-Claude Mermoud, Conseiller d'Etat (VD), Andreas Rickenbacher, Conseiller d'Etat (BE), Beat Vonlanthen, Conseiller d'Etat (FR), Thierry Grosjean, Conseiller d'Etat (NE), posent lors du premier bilan du Greater Geneva Berne area (GGBA), la nouvelle structure de promotion economique de Suisse occidentale. (Photo: Keystone/Jean-Christophe Bott)

Une faute?

Un an après sa création, la structure de promotion économique unifiée de six cantons de Suisse occidentale a atteint ses premiers objectifs.

Mais le Greater Geneva Berne area (GGBa) doit faire des efforts pour obtenir plus d'implantations hors de l'Arc lémanique.

En 2010, 114 sociétés contactées par le GGBa ont effectué une ou plusieurs visites dans les cantons de Berne, Fribourg, Vaud, Neuchâtel, Genève et Valais. Cinquante-quatre se sont finalement implantées, avec la création de 331 emplois la première année et de près de 775 emplois d'ici trois ans, a indiqué jeudi Philippe Monnier, directeur général du GGBa.

En phase de lancement et dans «une conjoncture internationale défavorable», ces résultats sont conformes aux objectifs fixés, ont constaté les conseillers d'Etat responsables de l'économie des six cantons, réunis à Lausanne pour l'occasion. Le GGBa a travaillé avec 16 représentants dans sept pays: États-Unis, France, Allemagne, Italie, Russie, Inde et Chine.

Si le principe d'égalité de traitement des six cantons membres a bien été appliqué «au pied de la lettre», les implantations sont encore trop concentrées sur l'Arc lémanique, a admis M. Monnier. Vaud a attiré 20 sociétés, Genève 13 et le Valais 10 alors que Berne en a convaincu 5, Fribourg et Neuchâtel 3 chacun.

Corriger le tir
«Je ne peux pas être satisfait: la promotion cantonale fribourgeoise a fait mieux que le GGBa avec 18 implantations et 800 emplois», a tonné le conseiller d'Etat Beat Vonlanthen. Il a toutefois admis qu'il était encore trop tôt pour tirer un bilan définitif. Les activités du GGBa en 2010 étaient encore sur la lancée de celles des trois structures qui la précédaient.

Le tir devrait être corrigé ces prochains mois. Un représentant supplémentaire prospectera dès cette année en Allemagne, un marché plus susceptible de s'intéresser à Berne et aux régions germanophones, a souligné le Bernois Andreas Rickenbacher. «Pour la promotion exogène, on est de toute manière plus forts ensemble que seuls dans son coin», a estimé le Neuchâtelois Thierry Grosjean.

Saturation lémanique
Un autre élément devrait contribuer à rééquilibrer la répartition des implantations: les terrains disponibles pour de nouvelles sociétés se font rares entre Lausanne et Genève. «Nous faisons de la promotion exogène surtout pour le Nord vaudois, la Broye et le Chablais», a expliqué Jean-Claude Mermoud, chef de l'économie vaudoise.

Dans ces régions, comme dans les cantons de Neuchâtel, Fribourg et Berne, le prix des terrains est encore raisonnable. Ce paramètre est susceptible d'intéresser des sociétés de pays comme le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine. En plus du renforcement en Allemagne, le GGBa va donc se doter d'un représentant supplémentaire en Chine et d'un prospecteur au Brésil.


Réduction aux USA
La représentation aux Etats-Unis sera réduite d'autant. Les investissements américains directs vers la Suisse ont diminué de 40% entre 2009 et 2010, a expliqué M. Monnier.

Pour le reste, le GGBa va continuer à privilégier la qualité plus que la quantité. Il cible les sociétés actives dans les sciences de la vie, les technologies de l'information et autres domaines à forte valeur ajoutée. Plus de 400 de projets sont en cours, a indiqué le directeur général. Le GGBa bénéficie d'un budget annuel de 4,13 millions de francs.

(ats)