Aviation

17 février 2011 18:32; Act: 17.02.2011 18:57 Print

Blâme à la direction d'easyJet

Les actionnaires d'easyJet ont adressé jeudi un blâme à la compagnie aérienne britannique à bas coût lors de son assemblée générale annuelle.

Une faute?

Les actionnaires protestent contre la rémunération de ses dirigeants, suivant ainsi un appel lancé par son fondateur Stelios Haji-Ioannou.

Les actionnaires ont rejeté à une courte majorité (51,5% des votes exprimés) le rapport de rémunération de la compagnie, qui était soumis à leur approbation, selon un décompte des voix publié par easyJet.

Le fondateur et premier actionnaire de la compagnie aérienne, Stelios Haji-Ioannou, qui détient 26% de son capital via sa holding easyGroup et avait lui-même appelé à s'opposer au rapport de rémunération, s'est félicité de son rejet dans un communiqué séparé.

Selon lui, ce vote traduit l'exaspération des investisseurs vis-à- vis de l'ex-directeur général d'easyJet, Andrew Harrison. Ce dernier a reçu plus de 2,5 millions de livres (3,9 millions de francs) l'an dernier, dont une prime exceptionnelle d'un million de livres qui lui a été attribuée pour avoir accepté de retarder quelques mois son départ.

Des sommes jugées «imméritées et totalement injustifiées» par M. Haji-Ioannou. Le fondateur d'easyJet a assuré qu'il continuerait à jouer son rôle d'actionnaire «activiste» et à défendre les actionnaires minoritaires.

Ce vote n'aura pas de conséquences pratiques sur les rémunérations versées aux dirigeants de la compagnie, mais elle constitue un avertissement sérieux pour ceux-ci.

De tels votes sont très rares au sein des grands groupes cotés britanniques. Parmi les exemples récents, les actionnaires de Shell avaient rejeté son rapport de rémunération l'an dernier, ce qui avait contraint le groupe pétrolier à revoir le calcul des bonus payés en actions à ses dirigeants.

Stelios Haji-Ioannou, qui avait fondé easyJet en 1995, a démissionné de son conseil d'administration en mai dernier, après s'être opposé à la stratégie de l'ancienne direction. Les relations entre Sir Stelios et easyJet s'étaient apaisées à l'automne dernier, avec le règlement à l'amiable d'un litige concernant l'exploitation de la marque «easy», propriété d'easyGroup.

(ats)