Différences salariales

17 mars 2011 08:31; Act: 17.03.2011 09:42 Print

Ces métiers où les femmes sont mieux payées

Il existe une quinzaine de domaines où les femmes sont mieux rémunérées que les hommes. Forbes dévoile les résultats de son enquête.

Une faute?

Finies les disparités salariales entre hommes et femmes? L'ordre établi est-il destiné à changer? C'est ce que soutient en tout cas sur le site de Forbes Jenna Goudreau, célèbre journaliste et sociologue qui a créé la section «Forbes Woman», citée par la «Repubblica».

Pour étayer ses propos, elle se base sur le récent rapport «Women at Work» du Bureau of Labour Statistics (BLS, principale agence du gouvernement américain pour la surveillance du monde du travail).

Jenna Goudreau analyse la situation actuelle des travailleurs aux États-Unis, et souligne que les femmes ont gagné 81 cents pour chaque dollar gagné par les hommes en 2010. En 2000, elles n'en étaient qu'à 76 cents. Mais ce n'est pas tout, elle identifie également quinze professions qui, en 2009, ont rapporté davantage aux femmes qu'aux hommes. Les voici:

1. Manager dans le domaine de la construction
2. Boulangère
3. Préposée au vestiaire
4. Barmaid
5. Maquilleuse d'artistes
6. Recruteuse
7. Institutruce en maternelle
8. Enseignante auxiliaire
9. Travailleuse sociale
10. Diététicienne et nutritionniste
11. Ergothérapeutes
12. Employés dans les centres d'appels
13. Archiviste
14. Peintre en bâtiments
15. Mécanicienne auto et ouvrière en construction

Des métiers réservés aux hommes?

Dans cette liste, on trouve toute une série de professions traditionnellement «réservées» aux hommes. Si les femmes sont mieux payées dans ces professions, c'est parce qu'elles se sont montrées «plus efficaces et plus collaboratives que leurs collègues masculins».

Reste qu'aujourd'hui, ce sont toujours 97% d'hommes qui occupent les postes les plus importants aux États-Unis. Mais le rapport démontre qu'il y a une migration féminine vers les métiers «masculins» et que si cette tendance se confirme, les écarts salariaux dus au sexe seront toujours plus petits.

(frb)