Confection

08 mars 2011 07:38; Act: 08.03.2011 18:40 Print

Charles Vögele retrouve les chiffres noirs

Charles Vögele a renoué avec les chiffres noirs l'an dernier malgré des ventes en recul.

Sur ce sujet
Une faute?

Le groupe de confection schwyzois Charles Vögele a dégagé un bénéfice net de 18 millions de francs, contre une perte de 14 millions en 2009.

Le chiffre d'affaires a pour sa part diminué de 8,6% à 1,198 milliard de francs, a indiqué mardi le groupe. Le groupe basé à Pfäffikon (SZ) invoque un environnement économique difficile. Des perspectives incertaines et le peur d'une nouvelle récession ont pesé sur le climat de consommation, explique Charles Vögele.

Le titre Vögele en hausse

Vers 10h00, le titre Vögele gagnait 7,5% à 62,35 francs, avec un plus haut journalier à 63,80 francs. L'action était passée de 54,30 francs au début de la semaine passée, à 58 francs lundi. L'indice élargi SPI progressait au même moment 0,72%.

Pour Marco Strittmatter, de la Banque cantonale de Zurich, la marge brute de 66,8% se situe clairement au-dessus des attentes, une marge qui atteint même 68,2% sur la deuxième moitié de l'année, écrit-il dans un premier commentaire. Une bonne tenue due à la vente plus importante de collections actuelles et à une assurance rapidement mise en place contre les effets de taux de change.

René Weber, de Vontobel, souligne aussi l'amélioration des marges. Le résultat a été influencé par la réorganisation, ce qui a eu un impact plus rapide qu'attendu sur la marge EBITDA, selon l'analyste. La confiance dans la nouvelle stratégie est renforcée.

Moins réjouissant

Pour la banque Wegelin, le changement de Vögele en vendeur de «style de vie» semble réussir. La nouvelle structure de coûts sans vieilles marchandises et la fermeture d'affaires non rentables semblent être payantes.

Moins réjouissant: le recul du chiffre d'affaires pour la troisième année consécutive. L'engagement des «ambassadeurs» Penelope Cruz et Til Schweiger, de même que la modernisation des lieux de vente, ne sont pas encore payants, selon le banquier privé. Le bénéfice positif et la perspective intacte soutiennent en revanche l'action.

(ats)