Crise en Libye

28 février 2011 11:24; Act: 28.02.2011 11:31 Print

Des sanctions contre Tamoil examinées

Le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) examine comment appliquer en Suisse les sanctions de l'ONU envers la Libye. Cela concerne le groupe Tamoil, en mains libyennes.

Sur ce sujet
Une faute?

Les décisions contre la Libye dépendent de la loi sur les embargos, loi qui est elle du ressort du SECO, a indiqué lundi à l'ATS la porte-parole Antje Bärtschi, confirmant un article de la «Südostschweiz» et de l'»Aargauer Zeitung».

«Nos experts doivent analyser la décision de l'ONU et voir ce qu'elle représente pour la Suisse». La question de l'appartenance exacte de Tamoil, membre de la société Oilinvest avec siège aux Pays-Bas, fait partie de cet examen.

C'est la procédure normale: ensuite, le Conseil fédéral prendra une décision. Selon Mme Bärtschi, cela devrait être relativement vite fait.

Pour la Tunisie et l'Egypte, la Confédération a décidé seule de geler les avoirs. Concernant la Libye, la Suisse n'a pas le choix: en tant que membre de l'ONU, elle devra appliquer les sanctions.

(ats)