La Chaux-de-Fonds

09 février 2011 15:08; Act: 09.02.2011 20:23 Print

Energizer envisage de fermer une usine

Energizer envisage de fermer son usine de production de piles alcalines et d'emballages à La Chaux-de-Fonds, qui emploie 226 personnes.

Une faute?

Une décision tombera début mars. Pas moins de 226 emplois devraient passer à la trappe. L'Exécutif de La Chaux-de-Fonds et le gouvernement cantonal expriment leur solidarité et leur inquiétude.

La mauvaise nouvelle a été annoncée mercredi après-midi au personnel de l'entreprise. Une rencontre était prévue en début de soirée entre la direction d'Energizer et le syndicat Unia. La procédure de consultation prendra fin début mars, a précisé la société.

En cas de mise en oeuvre du projet, les collaborateurs bénéficieraient de mesures d'accompagnement comprenant des indemnités de départ, un support professionnel en services de transition de carrière et un programme de retraites anticipées, a souligné Energizer.

En novembre 2010, le conseil d'administration de la maison-mère basée aux Etats-Unis à Saint-Louis, dans le Missouri, a donné son accord au lancement d'un plan de restructuration étendu. L'objectif est notamment d'améliorer la compétitivité du groupe en accélérant ses investissements dans les zones à forte croissance pour ses produits, en améliorant l'efficacité administrative, et en rationalisant les opérations de production au niveau global.


Plan de restructuration

Ce plan est motivé par l'évolution technologique des appareils et ses conséquences sur le segment des piles primaires - plus particulièrement dans les marchés développés -, et par un environnement concurrentiel agressif, souligne encore Energizer.

Le projet de fermeture de l'usine de La Chaux-de-Fonds découle directement de ce plan de restructuration, lié au fait que les coûts de production en Suisse sont les plus élevés du groupe, et que le groupe connaît un excédent de sa capacité de production dans le segment des produits alcalins. La commercialisation concernant le marché suisse du portefeuille de produits à usage domestique et de soins d'hygiène personnelle d'Energizer restera assurée par l'organisation actuelle de Genève.


La Chaux-de-Fonds solidaire

Le Conseil communal de La Chaux-de-Fonds a exprimé mercredi toute sa solidarité à l'ensemble des employés et à leurs familles pour ce coup dur. Si la fermeture de l'usine se confirme, il demande un plan social efficace afin de reclasser un maximum de personnes et d'assurer toutes les formations et perfectionnements nécessaires. Le président du Conseil communal et directeur de l'économie Laurent Kurth s'est rendu sur place cet mercredi après-midi pour porter ce message aux employés qui risquent le licenciement.

Cette annonce de fermeture est un coup dur pour le canton de Neuchâtel. Si le plan de restructuration se confirme, il s'agirait d'un des plus importants licenciements collectifs connus dans le canton. Rappelons que Philip Morris SA a annoncé récemment la suppression de 120 postes de travail et que Voumard Machines a cessé ses activités l'automne dernier.


Inquiétude du gouvernement neuchâtelois

Le gouvernement neuchâtelois de son côté a fait part de sa «grande inquiétude» et a déploré la fermeture potentielle du site de La Chaux-de-Fonds. Le Conseil d'Etat a été informé ces dernières semaines que la direction du groupe étudiait diverses variantes concernant l'usine.

Le Département de l'économie s'est entretenu avec les dirigeants dans le but de trouver des solutions alternatives, notamment le maintien de l'activité sous une forme réduite sur le site de La Chaux-de-Fonds. Malheureusement, au niveau des impératifs de rendement des propriétaires, aucune proposition n'a été retenue pour le moment.

«Le Département de l'économie étudiera toute option que l'entreprise lui soumettra. Le maintien de tout ou partie des 226 emplois visés est naturellement au coeur des préoccupations du Conseil d'Etat», a communiqué la chancellerie.

(ats)

Les commentaires les plus populaires

  • Riton d'Auvergne le 10.02.2011 18:21 Report dénoncer ce commentaire

    Licencié après 27 ans de service.

    Energizer, la pile qui crée des chômeurs. Il ont fait la même chose en France pour récupérer le brevet de la pile alcaline qu'ils étaient incapables de fabriquer. Ce n'est que du capitalisme pur et simple. Avec la complicité des politiques de toutes nationalité.

  • Suzi le 10.02.2011 07:09 Report dénoncer ce commentaire

    Protection du travailleur quasi nulle

    Tant que la loi Suisse, restera la plus permissive d'Europe en matière de licenciement, les entreprises ne vont pas se gêner de faire des charettes de chômeurs!

  • Pierre le 10.02.2011 07:12 Report dénoncer ce commentaire

    Canton de tordu

    Inquiétude du gouvernement?C'est vrai qu'ils doivent extrémement inquiét avec les salaires qu'ils ont pour serrer des mains et faire des risettes et des séances de starlette sur Canal!!!!

Les derniers commentaires

  • Riton d'Auvergne le 10.02.2011 18:21 Report dénoncer ce commentaire

    Licencié après 27 ans de service.

    Energizer, la pile qui crée des chômeurs. Il ont fait la même chose en France pour récupérer le brevet de la pile alcaline qu'ils étaient incapables de fabriquer. Ce n'est que du capitalisme pur et simple. Avec la complicité des politiques de toutes nationalité.

  • Pierre le 10.02.2011 07:12 Report dénoncer ce commentaire

    Canton de tordu

    Inquiétude du gouvernement?C'est vrai qu'ils doivent extrémement inquiét avec les salaires qu'ils ont pour serrer des mains et faire des risettes et des séances de starlette sur Canal!!!!

  • Suzi le 10.02.2011 07:09 Report dénoncer ce commentaire

    Protection du travailleur quasi nulle

    Tant que la loi Suisse, restera la plus permissive d'Europe en matière de licenciement, les entreprises ne vont pas se gêner de faire des charettes de chômeurs!