Horlogerie

22 mars 2011 08:34; Act: 22.03.2011 09:56 Print

Exportations records en février

L'industrie horlogère suisse continue d'afficher une belle santé.

Une faute?

Les exportations du secteur ont bondi de 17,8% par rapport à la même période de 2010 pour se monter à 1,4 milliard de francs. Sur deux mois cette année, la hausse atteint 18,1% à 2,55 milliards.

L'horlogerie continue d'afficher une belle santé alors que le salon Baselworld ouvre jeudi, certains parlant même de climat euphorique. L'impact du séisme et du tsunami survenus au Japon n'est certes pas contenu dans la statistique, mais le marché nippon n'est de loin pas le plus important, même s'il joue un rôle non négligeable dans le luxe.


Chine troisième


Les deux principaux marchés à l'exportation ont connu des hausses supérieures à un cinquième en février, a indiqué mardi la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH). Les livraisons vers Hong Hong ont ainsi augmenté de 20,2% à 273,2 millions de francs et celles vers les Etats-Unis de 21,9% à 148,1 millions.

La Chine s'est pour sa part hissée sur la troisième marche du podium, à la faveur d'une avancée de 30,8% à 106,5 millions de francs sur un an, et même de 113,4% sur deux ans. Au quatrième rang, et premier marché européen, la France n'est pas en reste avec une progression de 32,7% à 87,7 millions.


Japon neuvième

Le Japon apparaît à la neuvième place, avec une croissance de 3,4% à 62 millions de francs, confirmant une tendance depuis des années à une faible dynamique. Certains débouchés au Moyen-Orient, comme l'Arabie saoudite et le Qatar, marquent le pas avec des reculs respectifs de 11,6% à 22 millions et de 28,6% à 15,2 millions.

Les six principaux marchés (avec Singapour et l'Italie) ont concentré en février 55% de toutes les exportations pour un montant de 769,9 millions de francs ( 22,1%). Le volume total a lui progressé de 19,7% à 2,21 millions de pièces livrées, les montres en or, en acier et en plastique se révélant en verve.


Vers un record

Selon les catégories de prix, ce sont les garde-temps compris entre 200 et 500 francs (prix export) qui présentent la plus forte augmentation (plus de 60%). Les taux de croissance se sont situés près de la moyenne pour les montres valant moins de 200 francs et celles valant plus de 3000 francs.

A Bâle, depuis jeudi et pour une semaine, les carnets de commandes devraient se remplir malgré les soucis causés par le franc fort, la crise dans les pays arabes et les catastrophes au Japon. Le secteur s'attend sur l'ensemble de l'année à battre son record en termes d'exportations de 17 milliards de francs inscrit en 2008.

(ats)